ELWATAN-ALHABIB
dimanche 30 septembre 2012
 

Le Sahara algérien ; ce vaste territoire paisible prochainement vulnérable

 

 

 

Moussa Kacem
Si on nous dit que notre Sahara sera un champ d’implantation de longues séries d’éoliennes pour produire de l’électricité, on leur rétorquera alors qu’il s’agit d’une très bonne chose.
Si également, on nous dit que ce territoire verra la mise en place de très nombreux panneaux solaires, on leur répliquera aussi qu’il s’agit d’une autre belle initiative, mais de là à dire que notre pays optera pour le gaz de schistes, afin de répondre simplement au vœu des pays capitalistes comme les USA, est vraiment très grave.
La longue liste comportant les énergies renouvelables est encore assez ouverte, on en cite la géothermie, la bioénergie etc, la question pourquoi ne recourt pas à de telles exploitations, pourtant elles sont si saines et protectrice de l’environnement.
La gravité du problème ne concerne pas uniquement les atteintes à un environnement sain qu’est le Sahara, mais aussi sur le plan politique, c’est toute la dignité et la souveraineté du pays qui seront entachées.
Le but de ces pays spoliateurs est de faire courber l’échine à notre pays de plus en plus et d’une manière définitive.
Profitant des effets ravageurs du printemps arabe, les Etats Unis et leurs sbires sont entrain de profiter au maximum de notre pays, parce que nos dirigeants sont très faibles en ce moment, et ne demandent qu’à être mis à l’abri.
Sachant que les grands effets des énergies non conventionnelles sont dévastateurs, même les instances et organismes neutres comme ceux dépendants de l’Organisation des Nations Unies (ONU) sont entrain de déconseiller le recours au gaz de schistes.
Pour avoir une certaine idée sur l’ampleur des effets de ce type de gaz, il suffit de comprendre comment des populations entières aux USA et au Canada où des sites d’exploitation ont été implantés, sont entrain de fuir leurs maisons pour aller s’abriter dans des coins plus stables et moins pollués.
Les eaux de robinet ont été tellement affectées qu’elles dégagent des odeurs nauséabondes et brulent au contact d’une source de feu.
Les continuels bruits dus aux mouvements de sol constituent le lot quotidien de ces habitants, et pour s’en convaincre, il suffit de faire une petite recherche sur internet, et on découvrira le pot aux roses.
Cette grande fuite de population constitue le deuxième type de migration écologique, et ce après celui dû au réchauffement climatique vécu en Afrique centrale.
Loin de légitimer toute tentative d’exploitation de ce type de gaz, nous disons que les pays qui ont opté pour ce choix, étaient en quelque sorte dans l’obligation de le faire, au vu de l’inexistence de gisements de gaz naturel dans leurs territoires concernés.
Mais ceci, ne veut pas dire qu’il faut s’en passer des énergies renouvelables qui restent vraiment la solution idéale de développement durable des pays en matière d’énergie.
Faut-il le rappeler que notre pays ayant opté à ce choix, suite à des influences étrangères et nationales qui ont convergé leurs efforts vers ce but, et ce dans ce cadre qu’on a remarqué ces dernières années le déploiement de certains journalistes, experts, associations acquis à l’idée d’exploitation de gaz de schistes.
Alors faut-il rappeler à ces gens-là que notre pays n’ayant guère exploité et valoriser toutes leurs capacités en matière de gisements de gaz naturel dit conventionnel.
Selon certaines statistiques non publiables, la SONATRACH n’aurait exploré même pas les 20% du territoire saharien, alors que pour l’exploitation, il faut encore beaucoup moins.
N’a-t-on pas remarqué qu’au moment où on se tait pour le fameux projet du DESERTEC, on s’emploie à inciter l’Algérie à se diriger vers le gaz de schistes ? Alors la question qui se pose, pourquoi veut-on inciter d’autres pays à opter pour les énergies saines et rentables ?
L’exploitation du gaz de schistes est non seulement polluante, mais exige la consommation de très fortes quantités d’eau que seule la nappe phréatique albienne puisse satisfaire mais avec beaucoup de dégradations de sols et sous-sols.
L’extraction des gaz exige que l’on fasse de grandes détonations (explosions) qu’on appelle fracturation hydraulique, dont le but est de permettre le dégagement des gaz. De tels ébranlements de sols et de sous-sols impliquent obligatoirement des déséquilibres au niveau des terrains encaissants.
D’autres projets collatéraux seront tombés en désuétude, à en citer la valorisation des terres agricoles du Sahara qui exigent de grande quantités d’eau à mobiliser en vue de tenir les sols de climat aride en humidité.
Même si certaines quantités d’eau qui restent après épuisement dû à l’exploitation du gaz, ces eaux qui deviennent polluées, ne peuvent plus servir, ni l’agriculture, ni les populations, ni autres secteurs utilisateurs.
L’Algérie, ce vaste pays regorge de grandes potentialités énergétiques dont la plupart restent encore non explorées, celles-ci sont bien réparties au niveau des espaces terrestres et marines du territoire.
Récemment, des recherches en off-shore (en mer) ont permis de confirmer l’existence de grandes réserves de pétrole et de gaz au niveau de tout le littoral, voire même en eau profonde.
Toutes ces indications doivent amener nos autorités supérieures à observer une attitude responsable, logique et scientifique, et ce en vue d’épargner les populations et  l’environnement saharien de véritables catastrophes.
Le recours abusif et continu au copier-coller pars nos décideurs doit s’estomper, et ce au profit d’un réalisme scientifique et bénéfique au pays, à sa population et à son environnement.
L’encouragement et appui des chercheurs algériens sincères doivent constituer une politique primordiale pour les différents organismes institutionnels de formation et de recherche scientifique.
Ne valait-il pas mieux d’avoir un citoyen éveillé et juste que d’avoir un faux intellectuel ou chercheur qui trahit son pays ?
A la fin et au vu de la grande importance de ce dossier de choix stratégique comme celui relatif à l’exploitation de gaz de schistes, je me vois dans l’obligation d’inviter nos concitoyens, chercheurs et intellectuels dévoués à la cause nationale, non seulement de se positionner par rapport à cette question, mais de militer fermement au développement d’une politique d’exploitation de nos énergies conventionnelles et protectrices de l’environnement saharien et autre.
Kacem Moussa
20 septembre 2012
 
samedi 29 septembre 2012
 

La liberté citoyenne prise en otage entre un Etat gangster et une presse receleuse.




Abdelkader DEHBI.
Universitaire
Je ne connais pas M. Mohamed Samraoui, l’ex-colonel du DRS, opposant au régime et réfugié politique en Allemagne depuis 1995; mais on ne présente plus cet officier, auteur d’un livre-témoignage magistral intitulé : «  »Chroniques des années de sang – ou comment les services secrets ont manipulé les groupes islamistes (Denoël, Paris, 2003) »". Un livre-témoignage où il révèle par le détail, ce que soupçonnait déjà depuis longtemps, l’opinion publique algérienne mais aussi internationale, sur les terribles pratiques de la répression militaro-policière contre les islamistes. Sans que cela ne puisse en rien, excuser les crimes commis par les islamistes eux-mêmes.

Parmi  ses témoignages d’une remarquable précision, l’ex-colonel Samraoui, qui s’est trouvé au cœur du  système « opérationnel » du DRS, c’est-à-dire du terrain, a confirmé entre autres, la création ex nihilo de certains maquis dits « islamistes » et à tout le moins, la pratique des infiltrations et des manipulations partielles ou totales d’autres maquis islamistes,  les poussant à commettre des crimes abjects, pour retourner contre eux, l’opinion des  populations. De même qu’il a confirmé la responsabilité du DRS et de ses commanditaires les terribles massacres de masse des populations civiles, de Relizane à Raïs, en passant par Bentalha ou Béni-Messous…etc., Sans oublie l’assassinat du Président Boudiaf ; sans oublier les faux attentats terroristes de 1995 à Paris, en « connexion » avec la DGSE ; sans oublier les pratiques monstrueuses de la torture ou des enlèvements-liquidations-disparitions de plus de 15.000 citoyens algériens. Ce dernier chiffre allait d’ailleurs être reconnu par le général Khaled Nezzar lui-même, complètement enfoncé, déstabilisé par sa confrontation, les yeux dans les yeux avec  M. Samraoui en pleine audience d’un Tribunal français, lors du procès en ‘diffamation » (!) intenté par ce dernier contre  l’ex officier Habib Souaïdia, qui venait d’écrire de son côté « La Sale Guerre » où il enfonçait un peu plus, les généraux putschistes algériens et la redoutable machine de répression criminelle du DRS.

Pourquoi rappeler ces terribles évènements ?

Parce que j’ai appris comme beaucoup de citoyens  algériens à travers le Communiqué daté du 24 Septembre 2012, diffusé par le Front du Changement National que l’épouse de M. Samraoui qui était entrée en Algérie le 25 Août, munie d’un Document de voyage dûment délivré par autorités allemandes et régulièrement  revêtu du Visa de l’Ambassade algérienne à Berlin – dans l’impossibilité où elle se trouvait d’avoir son passeport algérien – a été empêchée de quitter le territoire national par la Police de l’Air et des Frontières, le samedi 22 Septembre au moment où elle s’apprêtait à embarquer pour l’Allemagne pour y aller rejoindre son époux et leurs quatre enfants, en ce début d’année scolaire, après avoir séjourné un mois avec ses parents en Algérie.

«  »"En vertu de quoi Mme Samraoui devrait-elle être tenue pour responsable des actes de son mari, si tant est que le fait d’être opposant au régime constitue un crime ? »" s’interrogeait le Communiqué du FCN, en se positionnant strictement sur le terrain du Droit.

Pour ma part, je voudrais ici, m’interroger sur un autre terrain : celui de la presse algérienne. Comme l’ont fait avant moi, certains intervenants sur le site « Le Quotidien d’Algérie », à propos du silence lâche et sans état d’âme sur cette affaire, dans les colonnes de la misérable presse dite « indépendante » dans notre pays

En effet, qu’il s’agisse d’Al Khabar ou d’El Watan, d’Echchorouk ou de l’Expression du Soir d’Algérie ou autres Liberté – pour ne citer que ceux-là – c’est motus et bouche cousue. Et pour cause ! L’ex-colonel Samraoui est un pestiféré, un paria, un non-citoyen, pour avoir rompu la loi de l’omerta sur les crimes de guerre commis durant la décennie noire à travers l’effroyable machine répressive mise en place par les généraux putschistes – les « dafs » –  pour broyer le peuple algérien, coupable à leurs yeux d’avoir fait le « mauvais choix » lors du scrutin de Décembre 1991. Des généraux putschistes qui se sont comme « souvenus » de leur vie antérieure,  par un étrange avatar hérité en droite ligne de leur passé de soldatesque, dans les rangs des troupes coloniales, du temps où ils combattaient leurs propres frères en guerre contre l’occupant français.

Quelle odieuse différence de traitement de l’information entre d’une part, le tonnerre médiatique  soulevé à Alger par l’arrestation à Genève en Octobre 2011, du général Nezzar, arrêté à Genève et régulièrement mis en cause pour faits de crimes de guerre par une Juridiction suisse et d’autre part, l’acte de banditisme d’Etat commis contre Mme Samraoui, empêchée de quitter le territoire national, sans qu’aucun mandat de justice n’ait été émis à son encontre ?

Qui ne se souvient de ces grotesques  éditoriaux patriotards à la gloire d’un banal soudard –  putschiste à l’occasion –  et signés par certains directeurs de rédaction jacasseurs et patriotards, en quête de reconnaissance sonnante et trébuchante sous forme d’aides, de subventions et autres contrats de publicité, distribués à l’aune de leur degré de servilité,  par un régime dont ne sait plus trop qu’est-ce qu’il est le plus, corrompu ou corrupteur ?

Qui ne se souvient de cette floraison de « pétitions de soutien » en faveur de ce faux héros, érigé en « sauveur de la république » alors qu’il n’est prosaïquement qu’un misérable criminel de guerre désormais aux prises avec la Justice d’un pays étranger. Des « pétitions » commanditées par les Services et gonflées à loisir par le tout-venant, pioché dans cette nébuleuse insondable qu’est ce demi-monde de ripoux gravitant autour des « moukhabarate », et où la frontière est si mal définie, entre l’intellectuel véreux, le politicien par accident, le journaliste par défaut, l’affairiste par corruption ou le sycophante par malédiction…

Non, décidément, ce régime n’apprendra jamais les leçons – j’allais dire les gifles – du passé, même quand ce passé est relativement récent. Il suffira de rappeler le rejet, en 2007, par la Justice espagnole, de la demande d’extradition de M. Samraoui, remis en liberté trois jours seulement après son interpellation en Espagne. Ou encore, plus près de nous,  du désaveu judiciaire cinglant en Juillet 2012, infligé au gouvernement algérien par un Tribunal parisien, dans l’affaire de la demande d’extradition du Dr Mourad Dhina. L’une comme l’autre affaire, ayant clairement révélé à l’opinion publique nationale et internationale, jusqu’où peuvent aller les forfaitures, les falsifications et les mensonges d’un régime de non-droit en pleine déliquescence et peu soucieux de l’image de notre pays à l’étranger ; un régime acculé à une fuite en avant éperdue qui signe incontestablement une peu glorieuse fin prochaine.

Post-Scriptum : C’est au moment d’envoyer cet article, à la Rédaction de LQA que M. Salah-Eddine Sidhoum m’a appris que Mme Samraoui a été enfin autorisée à repartir en Allemagne pour y rejoindre sa famille. Tout en me félicitant de cette bonne nouvelle, je maintiens telle quelle, la rédaction de cet article qui dénonce le silence de notre pseudo presse indépendante.
 
vendredi 28 septembre 2012
 
Proche et Moyen-Orient

L’Inde remet la Palestine à l’ordre du jour de l’ONU 

 

 





Vendredi 28 Septembre 2012

L’Inde remet la Palestine à l’ordre du jour de l’ONU

Vos journaux vous ont parlé du discours de François Hollande à l’ONU, devant une salle à moitié vide apparemment, et même de la logorrhée grotesque mais dangereuse de Benjamin Netanyahou, un des parrains de la pègre sioniste.
Vous avez compris, bande d’imbéciles?
Elle ne vous a cependant rien dit de l’intervention du premier ministre de la République Indienne.
Ben oui, pourquoi faire ? L’Inde n’est peuplée que d’un petit milliard et quelques d’habitants et n’a même pas le bon goût de pouvoir être qualifiée de dictature.
Alors ils peuvent causer les Indiens.
Ce qu’a dit le chef de la diplomatie indienne à l’ONU est cependant d’une grande importance. C’est tout d’abord lui qui a tenu à évoquer l’urgence d’une solution de la question palestinienne que d’aucuns voudraient mettre au énième plan au prétexte d’urgences plus récentes et plus importantes comme… la situation en Syrie, qui est précisément le dada enfourché par François Hollande.
Ce ministre a ensuite rappelé l’opposition de son pays à toute intervention militaire étrangère en Syrie.
Et s’il a salué les efforts de la Ligue Arabe pour une issue politique à la crise syrienne, il a aussi stigmatisé la sélectivité des puissances occidentales dans leur coopération avec la Ligue Arabe, allusion transparente encore à la mauvaise foi de l’Occident dans le traitement de la question de Palestine.
Son propos qui reflète les thèses défendues par le Mouvement des Non Alignés dont le dernier sommet s’est tenu en Iran (aucun pays membre des Non Alignés n’appartient à la fameuse communauté internationale, ça va de soi)est un signe de plus que les choses bougent sur la scène internationale.
Lentement certes, mais sûrement.

L’Inde soulève la question palestinienne

Correspondance particulière, The Hindu (Inde) 27 septembre 2012 traduit de l’anglais par Djazaïri
L’inde a mis en garde contre une mise à l’écart de la question palestinienne alors que la communauté mondiale se concentre sur d’autres points chauds dans la région. S’exprimant pendant la réunion du Conseil de Sécurité sur la situation en Asie Occidentale [appelée ici Moyen Orient, NdT], le ministre des affaires étrangères Ranjan Mathai a choisi de présenter le problème israélo-palestinien comme étant celui qui nécessitait une attention immédiate de la part aussi bien de la Ligue Arabe que de l’ONU.
Ranjan Mathai
«Cette question ne peut pas être ignorée alors que nous nous concentrons sur les développements récents dans la région. Il ne peut pas y avoir de paix durable en Asie occidentale sans un règlement juste et global sur la base de la réalisation du droit inaliénable du peuple palestinien à son propre Etat avec des frontières internationalement reconnues, vivant côte à côte, dans la paix et la sécurité avec Israël,» a-t-il dit lors de la réunion à New York.
 «Nous exhortons donc le Conseil de Sécurité aussi bien que la Ligue Arabe à faciliter la reprise d’urgence du processus de paix au Moyen Orient [Asie occidentale],» a ajouté M. Mathai. Il a aussi salué le rôle de la Ligue Arabe pour résoudre la crise syrienne.
Mais l’Inde, a-t-il dit, rejette fermement toute intervention militaire.
Les organisations régionales
Parlant des organisations régionales, il a déclaré que la coopération avec elles, en particulier avec la Ligue Arabe, devait éviter d’être sélective.
Il a ajouté que la coopération avec une organisation régionale ne devait pas se faire au détriment d’une autre.
«L’objectif d’une résolution pacifique des conflits devrait déterminer les actions du Conseil de Sécurité. Toutes les activités de l’ONU, y compris sa coopération avec des organisations régionales, devraient être ne cohérence avec les dispositions de la Charte de l’ONU. Les deux types d’organisations [l’ONU et les organisations régionales] devraient se servir de tous les outils de la diplomatie pour aider les pays concernés à faire leur transition vers un système politique inclusif et participatif tout en maintenant la stabilité et la cohésion sociales,» a déclaré M. Mathai tout en soulignant que la particularité de chaque situation devait être gardée à l’esprit.

http://mounadil.wordpress.com/
 
jeudi 27 septembre 2012
 

La journaliste Mona Eltahawy arrêtée à New York pour avoir protesté contre la campagne d’affichage islamophobe

 

 

 
 
Mona Eltahawy, éditorialiste, conférencière et activiste égypto-américaine, a été arrêtée dans le métro de New York, alors qu’elle réagissait à la violente campagne islamophobe initiée par l’ultra-sioniste Pamela Geller, en badigeonnant de rouge l’incitation à la haine et à la guerre, au profit d'Israël, qui recouvre, depuis lundi, les murs des sous-sols de Big Apple.
Dans la vidéo ci-dessous, Mona Eltahawy est abordée par une femme munie d’une caméra, manifestement une militante du mouvement anti-musulman dirigé par Pamela Geller, laquelle, tout en l’interrogeant sur le bien-fondé de sa protestation, tente de contrer son action : "Mona, pensez-vous que vous avez le droit de faire cela?" , ce à quoi la journaliste répond : "oui,  Je pense que c'est la liberté d'expression, tout comme [l'affiche], c'est la liberté d'expression".
Deux policiers, arrivant sur leurs entrefaites, interpellent Mona Eltahawy qui se retrouve menottée, s’exclamant indignée : "C'est ce qui se passe en Amérique lorsque vous protestez de manière non violente".
Cette campagne d’affichage d’une violence inouïe a suscité la réprobation générale à New York, jusqu’au sein de la communauté juive dont certains membres éminents condamnent avec la plus grande fermeté cet électrochoc visuel haineux. Parmi ces opposants juifs, figure le rabbin Rachel Kahn-Denis Boivin, membre des Rabbins pour les droits de l'homme, qui a écrit sur le site de CNN pour faire part de sa désapprobation : "En tant que rabbin, je trouve les annonces profondément erronées et inquiétantes... En tant que Juive, je sais quels ravages peut entraîner la haine gratuite. La communauté juive a été, dans le passé, la cible de la haine aux Etats-Unis. Pamela Geller nie les contributions positives que nos amis musulmans, voisins et collègues apportent à notre pays chaque jour. Il est également regrettable que Geller choisisse de formuler son message de haine à travers un soutien à Israël.




 
lundi 24 septembre 2012
 
RELIGIONS ET CROYANCES

Le Temps de Dieu et le ton des hommes 

 





Une conspiration du silence enfin, qui sait se muer au besoin, en véritable terrorisme intellectuel dont l'un des moments de "gloire" les plus hideux – parmi tant d'autres forfaitures de la Justice républicaine, dite égalitaire et fraternelle – a été atteint à l'occasion l'ignoble et lâche procès qui a été fait au grand philosophe Roger Garaudy qui avait le tort d'avoir été, non seulement un résistant, non seulement un communiste, non seulement un pro palestinien, non seulement un converti à l'Islam, mais bien pire que tout cela : il était hérétique. Pardon, aujourd'hui on dit :"révisionniste" ! Un mot dont le potentiel excommunicatoire est au moins égal à celui de "terroriste", comme chacun sait…



Abdelkader Dehbi
Lundi 24 Septembre 2012


Le Temps de Dieu et le ton des hommes
Le temps de Dieu et le ton des hommes (*)

(Réponse de Abdelkader Dehbi à M. Manuel de Diéguez)



""…..et il ne vous a été octroyé que peu de science…""

(Coran –Verset 85 – Sourate n°17 Al-Isra')

"" N'insultez pas au Temps, car le Temps c'est Dieu.""

(Hadith du Prophète Muhammad)




1.- Un mauvais procès et une mauvaise intention


En postant un commentaire sous l'une de vos récentes chroniques - http://www.alterinfo.net/L-Iran-et-la-nouvelle-pesee-de-l-humain_a79075.html - et dans lequel j'évoquais en la critiquant, une citation de Descartes sur le Temps, j'étais bien éloigné de penser que je venais de vous donner un prétexte – à travers votre interprétation tendancieuse de ce commentaire – pour vous lancer dans un nouveau prêche à la gloire de cette anthropologie moderne dont vous êtes l'un des grands prêtres. Une anthropologie moderne dramatiquement imbue d'elle-même, de par la prétention-même de son objet – l'Homme donc, vaste programme ! – et la pluridisciplinarité complexe et sans fin qu'elle met en œuvre. Tant et si bien, qu'elle semble bien partie pour nous annoncer, en ces temps messianiques pullulant d'antéchrists de tous pays et de tous horizons, la fin du mystique – comme certains nous ont annoncé "la fin de l'Histoire" – et l'avènement d'une nouvelle religion des sans-dieu, où M. Manuel de Diéguez – pour peu que Dieu lui prêtât vie – pourrait occuper la chair d'un "dieu vivant"… au sens où l'était le Révérend Moon qui vient de quitter un monde, certainement bien meilleur que celui qu'il est allé rejoindre…


Car, voyez-vous, cher M. Manuel de Diéguez, et à moins que vous n'ayez lu mon commentaire en étant plongé dans un état hypnagogique, rien ne justifie, ce procès d'intention injuste, cette furie antireligieuse gratuite à laquelle vous vous êtes livré joyeusement et à moindres frais, dans votre dernier billet de blog daté du 9 Septembre dernier.

-http://aline.dedieguez.pagesperso-orange.fr/tstmagic/philosopher/heurts_malheurs2.htm
Une furie qui semble particulièrement cibler l'Islam, rappelant certains "orientalistes" du siècle dernier qui étaient capables de commenter des textes qu'ils n'avaient pas lus, ou pire, inexistants !... Juste pour le plaisir de charger l'Islam, à tous les sens du terme d'ailleurs… Car comment faudrait-il interpréter sinon, cette tirade truffée de certitudes et de sarcasmes qui siéent si mal à votre personnage littéraire d'érudit, généralement truculent et généreux, dont nous avons appris depuis si longtemps à respecter les positions courageuses – tout autant que celles de votre campagne, Aline de Diéguez – à l'égard du peuple palestinien. Une tirade vraiment infondée, agressive et gratuite, contrefaisant qui plus est, le sens d'un banal commentaire sur le Web, où j'affirmais simplement ceci,

""Le fait que Descartes soit considéré comme l'un des plus grands génies rationalistes, ne l'a pas empêché d'affirmer, avec une suffisance consommée et une ignorance inouïe de la logique la plus élémentaire, que : "Dieu lui-même ne peut faire que ce qui a été fait n'ait pas eu lieu." C'est vous dire le vide sidéral qui peut parfois régner, même dans les têtes les mieux faites.."".


Cela donne lieu de votre part, à cette interprétation tendancieuse et malveillante contre laquelle je m'inscris en faux et où vous évoquez avec un sarcasme gratuit, des "mystiques musulmans" dont je n'ai jamais parlé, alors que je voulais simplement dire que M. Descartes, ni aucun être au monde ne peuvent contester au Créateur Suprême, son pouvoir de transcender l'irréversibilité du Temps. Je vous cite :


"""Est-il un rêve plus souverain – écrivez-vous – que celui d'enfanter le temps et de le jeter à la casse selon notre bon plaisir? M. Abdelkader Dehbi nous rappelle que le mystique musulman s'égale à ce cerveau-là. A nos yeux d'Occidentaux, il se construit inconsciemment un levier titanesque de sa propre boîte osseuse et en attribue ensuite non moins inconsciemment l'omnipotence et les prérogatives fabuleuses à une divinité sommitale afin de ne pas assumer sa propre ambition cérébrale de disposer de la souveraineté intellectuelle absolue auquel le mythe sacré sert de médiateur.""


Restituons dans ses termes exacts, la citation de René Descartes, objet de ce débat – j'allais dire, corps du délit – et à laquelle je faisais allusion :


« «… ainsi, si nous jugeons que Dieu ne peut pas faire ce que nous concevons pourtant possible, nous ne concevons pas de la même manière, qu’il puisse se faire que ce qui a été ne le soit pas ; au contraire, nous concevons bien clairement que cela est impossible et qu’ainsi, il n’y a aucun défaut de puissance en Dieu, de ce qu’il ne le fait pas… » »

(René Descartes Œuvres philosophiques page 324. Classiques Garnier.)

Une affirmation par laquelle Descartes pose clairement donc, comme un fait d'évidence, que l'irréversibilité du Temps est opposable à Dieu lui-même ! Tout en donnant l'impression de s'en excuser immédiatement dans la phrase d'après… Sans que l'on sache à vrai dire, s'il le fait par crainte de Dieu dont il venait de mettre en cause l'attribut d'Omnipotent ou – plus prosaïquement – par crainte d'un Saint-Office, à l'affût de la moindre incartade vis-à-vis des dogmes de l'Eglise. Une Eglise alors sourcilleuse – nous sommes en 1633 en plein procès de Galilée – et farouchement opposée aux nouvelles théories et découvertes scientifiques, ainsi que venaient de le montrer, les tristes persécutions inquisitoriales subies par le grand savant Galilée. Des persécutions qui ont d'ailleurs contraint Descartes à renoncer prudemment, à la publication de son "Traité du monde et de la lumière"; faisant preuve ici du moins, d'une attitude rationnelle indubitable…


O

O O

2.- Le Temps de Dieu dans la théodicée musulmane


Pour les musulmans en effet, l'assertion de M. Descartes constitue un blasphème, en tant qu'elle met en cause l'un des attributs de Dieu, Sa consubstantialité au Temps. Dans la théodicée musulmane – ou Tawhid en arabe – qui est l'approche intellectuelle et spirituelle visant à la connaissance du Dieu Unique, il est enseigné que l'attitude préalable essentielle à observer dans cette quête, c'est d'abord celle de l'humilité, puis celle du "connais-toi toi-même" de Socrate et de son corollaire logique : "Tout ce que je sais, c'est que je ne sais rien". Attitude à laquelle répond comme en écho, le Verset coranique n°85 de la Sourate Al-Isra'a où il est dit :

""" ..…et il ne vous a été octroyé que peu de science.""" (Al-Isra'85)
Et c'est dans ce même esprit, que le plus illustre des jurisconsultes de l'Islam, l'Imam Malik enseignait à ses élèves: "Quand tu réponds : - Je ne sais pas, à une question dont tu ignores la réponse, c'est que tu es déjà un demi-savant". L'Imam Malek signifiant par-là, que l'aveu d'ignorance est un pas sérieux dans le chemin de la Connaissance.

Ainsi, l'attitude présomptueuse de M. Descartes affirmant que l'irréversibilité du Temps est opposable à Dieu lui-même constitue-t-elle un non-sens, en sus de son caractère blasphématoire, puisque Dieu s'identifie Lui-même au Temps. Telle est en effet la position de la théodicée musulmane qui affirme que Dieu Est, le Temps (1), et que Le Temps est en Lui. Autrement dit, que Dieu l'Omniprésent, est présent à la Vie, à l'Espace et au Monde, en occupant de manière permanente, simultanée et éternelle chaque instant "t", dans l'infinitude du Temps compris entre t(-∞) et t(+∞) (2). Ce qui signifie que Dieu est en conscience permanente et simultanée dans le Temps, dans tous ses "moments", dans toutes ses dimensions, dans toutes ses directions, en un mot, dans sa totalité; et que par conséquent, Il transcende toute contrainte d'ordre directionnel ou chronologique, contrairement à l'homme ou aux autres êtres de la Création, dotés de la conscience du temps, qui subissent quant à eux, l'écoulement à sens unique du Temps, du passé vers le futur, de la naissance à la mort. Peu importent bien entendu, les unités de temps "t" ici considérées : nanoseconde, journée, siècle, millénaire, ou Ere géologique…etc. Des unités qui n'ont plus aucune signification à cette échelle grandiose où nos misérables concepts humains étriqués, bornés, balisés sont totalement dépassés, annihilés, abolis.

Nous sommes bien loin ici, des subtiles mais peu convaincantes contorsions intellectuelles babillant sur l'"intuition du temps" ou l'"idée de durée", véhiculées par un autre "Commandeur" comme M. Henri Bergson et tant d'autres gardiens du Temple de la philosophie occidentale. Une philosophie occidentale étrangement aveugle, sourde, et fermement agrippée aux touffes encore vivaces de ses certitudes matérialistes et maçonniques, de plus en plus carbonisées par les avancées de la physique ou de la biologie, de l'astrophysique ou de la génétique, entre autres disciplines authentiquement scientifiques, mettant sans cesse en évidence, la signature du Créateur Suprême, au bas du Grand Livre ouvert qu'est le monde qui nous entoure.

3.- Le ton des Hommes


""Ce ne sont pas les yeux qui s'aveuglent, mais plutôt les cœurs dans les poitrines""(Coran – Sourate n°22 Al-Hajj – Verset n°46)


Un Verset d'une terrible actualité, tant il est vrai en effet, que ce genre de débat a totalement disparu des préoccupations d'une opinion publique occidentale particulièrement tenue à l'écart des débats intellectuels et encore moins métaphysiques, gavée qu'elle est, par le matraquage ad nauseam de la pieuvre médiatique impérialo-sioniste – tous supports confondus y compris le livre – déversant du matin au soir, des torrents de désinformation et de manipulation, des fleuves de faits divers fangeux et crapuleux, des flots de feuilletons et autres émissions abrutissantes, faisant souvent la Une de la presse et des journaux télévisés, vomissant une information dont les sujets sont préalablement triés, aseptisés, calibrés, comme on le ferait pour des pommes ou des tomates destinées aux grandes surfaces…


Et gare aux émules des Garaudy ou des Abbé Pierre, des Galloway ou des Faurisson – pour ne citer que quelques noms célèbres – qui s'aviseraient de perturber les rangs de la servilité intellectuelle et l'harmonie gominée de l'alignement sur cette bien pensance cravatée et pommadée s'autoproclamant "l'élite intellectuelle occidentale" et se posant en ligne de défense avancée des "valeurs" de l'Occident – valeurs à géométrie hautement variable faut-il le rappeler ici – qui ont été proclamées à la face du monde et portées sur les fonts baptismaux depuis Nuremberg ; pour le plus grand malheur d'une Europe qui venait ce jour-là, semble-t-il de "gagner" la guerre – pour paraphraser quelques Tartarins gaulois de l'Histoire – mais qui venait en fait, de perdre la seule guerre qu'il ne faut jamais perdre : celle de la liberté de penser, de dire et d'agir en conscience. Cette liberté d'exister et d'être au monde qui, pour les gouvernants, s'appelle légitimité et pour les peuples, souveraineté.


Car, comment expliquer sinon, ces lois scélérates édictées en rafale, comme la loi Gayssot faisant des juifs des super-citoyens ou les autres lois racistes réhabilitant en vrac le colonialisme, ses harkis, ses tortionnaires et ses factieux – des lois qui ignorent superbement en revanche, le droit légitime et sacré des musulmans, qu'ils fussent immigrés ou nationaux, au respect de leur Dieu et de leur foi, de leur Prophète et de leurs symboles, de leur culture et de leurs traditions ?.… tout en pénalisant la moindre contestation du passe-droit historique hérité de Nuremberg et sacralisant l'"holocauste" et autres "shoah" comme autant d'épouvantails devenus au fil du temps, entre les mains des inquisiteurs professionnels et autres manipulateurs du verbe, de la plume ou de l'image, de véritables machines d'intimidation, agitant l'anathème de l'antisémitisme sous les neurones qui dépassent…Pour mieux couvrir les balles assassines, les cris et les pleurs l'infamie, la vraie ; celle de plus de 60 ans d'occupation illégale de la Palestine, d'apartheid, de répressions de toutes sortes, de tortures, d'assassinats politiques, d'emprisonnements sans jugements, de destructions d'habitats, de dévastations des arbres et des cultures dans les champs, d'expulsions massives de populations civiles…etc. autant de crimes de guerre restés impunis, perpétrés contre le peuple palestinien, depuis Deir Yassine à Djenine, en passant par Sabra et Chatilla et dont le dernier en date est l'opération dite "plomb durci" – durci sans doute au phosphore blanc et à l'uranium appauvri – perpétrée en toute impunité par l'Etat-greffon d'Israël. Dans le silence servile et complice des médias occidentaux, rappelant "la conspiration du silence" évoquée dans la Trahison des Clercs.


4.- La grande conspiration du silence


Une conspiration du silence, devenue la règle, pour couvrir les crimes de guerre de la "démocratie aéroportée" conduite par l'Empire dans ses récentes guerres d'agression tous azimuts, comme les crimes de Falouja ou ceux de la prison d'Abu Ghrib en Irak, ou la guerre d'extermination contre les populations civiles en Afghanistan, par drones interposés.


Une conspiration du silence, cachant aux peuples du monde, les grandes catastrophes écologiques, les prédations irréversibles des ressources naturelles de la planète, dans les terres, dans les mers ou dans les sous-sols. Comme sont couverts par le même silence criminel, les crimes en col blanc qu'est la haute spéculation financière effrénée, anonyme et apatride, contre l'économie mondiale, perpétrés en permanence et en toute impunité et dont l'arme du crime consiste le plus souvent de nos jours, en un simple ordre bancaire ou boursier, téléphonique ou électronique. Toujours avec la nécessaire complicité de gouvernements et d'institutions asservis et enchaînés par leur propre corruption par les grandes banques, les grandes multinationales de l'énergie ou les complexes militaro-industriels de la mort, dont les directoires sont autant de boites de résonnance des lobbies sionistes et des desseins du "Grand Israël" et dont les intérêts se rencontrent harmonieusement – jusqu'à présent du moins – avec ceux de l'Empire…


Une conspiration du silence, qui sabote partout où elle le peut, la publication des travaux des chercheurs, des universitaires ou autres intellectuels, qui ont le tort de mettre en évidence les contributions majeures de la civilisation musulmane à l'essor de l'humanité, dans tous les domaines du savoir, qu'il s'agisse des sciences ou de la culture, des arts ou des techniques. Une véritable mise à l'index non écrite et sournoise, appliquée – volontairement ou par crainte de rétorsions – par les grandes maisons d'édition et autres organismes distributeurs, au profit de cette culture de prisunic abêtissante, sacralisant le luxe et le lucre, le sexe et le stupre que certains ont qualifié de "culture de gares et d'aérogares" surabondamment promue ou sponsorisée, ici par les clubs littéraires qui donnent le "La" de la "rentrée" – rappelant celle des troupeaux – et là, par les médias publics et autres antennes privées, dans une véritable frénésie de terrorisme intellectuel qui ne dit pas son nom. Un La, éructé par des escouades d'imposteurs, de "spécialistes" et autres "experts" en lieux communs ; sans parler des grands "excommunicateurs" professionnels au service d'Eretz-Israël, tenant leur onction de rabbins de la politique, directement des temples du CRIF ou autres AIPAC, comme les Glucksman, les Bruckner, les Finkielkraut, les Lanzmann, , les Taguieff, les Adler, les Encel, les Wiesel…etc. J'ai oublié le nom de cet aigrefin en col blanc et jambe de bois, reconverti en commis voyageur de l'Etat sioniste en Afrique, se disant philosophe…


Une conspiration du silence enfin, qui sait se muer au besoin, en véritable terrorisme intellectuel dont l'un des moments de "gloire" les plus hideux – parmi tant d'autres forfaitures de la Justice républicaine, dite égalitaire et fraternelle – a été atteint à l'occasion l'ignoble et lâche procès qui a été fait au grand philosophe Roger Garaudy qui avait le tort d'avoir été, non seulement un résistant, non seulement un communiste, non seulement un pro palestinien, non seulement un converti à l'Islam, mais bien pire que tout cela : il était hérétique. Pardon, aujourd'hui on dit :"révisionniste" ! Un mot dont le potentiel excommunicatoire est au moins égal à celui de "terroriste", comme chacun sait…

Je ne citerai que pour l'information, l'étrange transaction de "rachat" par un généreux anonyme, portant sur les droits d'auteur liés au brillant essai du regretté Pierre Rossi et intitulé : "La Cité d'Isis" – Histoire vraie des arabes (Nouvelles Editions latines 1976)….
– Désolée, monsieur, ce livre n'est plus en stock et il est épuisé depuis longtemps me répondit récemment la vendeuse dans une grande Fnac. Amusé, je hasardais : - Et "Les Mythes fondateurs de la politique israélienne" de Roger Garaudy ? Là elle eût un sourire franchement complice en me rétorquant : -- Je vois que monsieur a des lectures subversives. Eh bien moi aussi !
Qui a déjà dit : la mauvaise monnaie chasse la bonne ?


5.- La rage islamophobe


A ce genre d'acharnement sournois, "en creux" si je puis dire, il faudrait ajouter un autre type d'acharnement, celui-là en "relief", sous les espèces d'une guerre médiatique frontalement déclarée contre l'Islam, ses symboles et ses valeurs ; une guerre politico-médiatique qu'une bien triste actualité vient nous rappeler. En effet, coup sur coup – comme pour rappeler les Versets sataniques de Rushdie ou les caricatures du Danemark reprises par Charlie Hebdo - nous assistons en ce début de Septembre 2012, à deux nouvelles et graves provocations : la première, à travers la diffusion sur le Web, d'une vidéo produite aux Etats-Unis ; une vidéo immonde, blasphématoire et insultante à l'endroit de la personne sacrée du Prophète de l'Islam, Muhammad (sur lui le salut) et dont les ondes de choc psychologiques et d'indignation sur les populations musulmanes à travers le monde ont déjà provoqué mort d'hommes ; la seconde, à travers de nouvelles "caricatures" tout aussi obscènes, diffusées en ce jour-même du mercredi 19 Septembre 2012, par le magasine crapuleux parisien "Charlie-Hebdo" qu'on ne présente plus, de par ses "performances" dans la fange du "marketing à la provocation".

Que cherche donc cet Occident ci-devant "Très-chrétien" mais étrangement rebaptisé "judéo-chrétien" au lendemain de Nuremberg et porté sur les fonts baptismaux du Concile de Vatican II.

6.- Une hystérèse héritée des Croisades et entretenue par le sionisme


Etrange phénomène que cette hystérèse historico politique et psychologique, héritée en droite ligne des Croisades médiévales, puis de l'ère de la colonisation et trouvant aujourd'hui son expression dans cette fièvre islamophobe irrationnelle, récurrente et convulsive qui semble avoir aboli chez les occidentaux toute volonté et toute clairvoyance ? Quel est donc le secret, quelles sont donc ces forces cachées tenant l'Occident et ses élites qui n'osent même plus remuer le petit doigt, comme tétanisés, comme anesthésiés ? des forces qui le piègent entre les mâchoires diaboliques, politico-médiatiques et financières, sinon celles de plus en plus manifestes d'un Mouvement sioniste mondial qui ne connait plus de limites à ses desseins messianiques aussi mensongers qu'arrogants, de domination du monde, et qui avance désormais à visage découvert – sûr qu'il est, de sa puissance financière, de ses appuis occidentaux, de ses atomes et de ses drones – et continuant de clamer plus que jamais, qu'il représente le "peuple élu", voire-même l'interlocuteur privilégié de Dieu comme l'a clairement proclamé il n'y a guère si longtemps – en 2002 – le chef du parti national-religieux, le général Effi Eitam quand il a solennellement déclaré, sans soulever bien entendu, le moindre écho d'indignation du moindre gouvernement, du moindre média occidental :


""Nous sommes seuls au monde à entretenir un dialogue avec Dieu en tant que peuple. Un Etat réellement juif aura pour fondement le territoire, de la mer au Jourdain, qui constitue l’espace vital du peuple juif.""


Fichtre alors ! Mais allez donc tenter d'expliquer à cette horde d'illuminés d'un sionisme messianique – fondé essentiellement sur la haine de l'Islam et accessoirement des "goïms"– que le peuple juif, parce qu'il a assassiné tout au long de son histoire, ses propres prophètes et falsifié ses propres textes sacrés – comme l'ont fait les Chrétiens à sa suite – ce peuple juif dis-je, a depuis longtemps cessé d'être le peuple "élu" comme il ne cesse de le prétendre depuis des siècles. En pure imposture. Tant il est vrai qu'il est depuis longtemps déjà, le "peuple maudit" par excellence, à force de vouloir s'imposer au monde, comme peuple soi-disant "supérieur", comme race soi-disant "supérieure", comme une religion soi-disant "supérieure". Donc insoluble dans ces "goïms" que constituent pour eux le reste de l'Humanité. Terrible démarcation s'il en est. Mais quel contraste cinglant avec l'Islam humaniste et universel !


""Ô gens! Nous vous avons créés d’un mâle et d’une femelle (Adam et Eve) et Nous avons fait de vous des peuples et des tribus, pour que vous vous entre-connaissiez. Le plus noble d’entre vous, auprès d’Allah, est le plus pieux. Allah est certes Omniscient et Grand Connaisseur.""

(Coran. Sourate Al-Houjourate – Verset n°13)


7.- Le plus dangereux des faux amis de l'Occident

Une hystérèse historico politique et psychologique disais-je, aujourd'hui remise au goût du jour par les assauts répétés d'un Empire étasunien instrumentalisé et feignant d'ignorer sa propre dégénérescence morale avancée et sa future faillite matérielle annoncée, sous les coups fourrés portés, non pas d'un quelconque "terrorisme islamique" – souvent préfabriqué – mais par ses vrais faux amis: les uns se présentant sous la tiare des Cohanims ou gourous sacrificateurs semant leurs oracles messianiques à tout vent ; les autres, des lévites en costumes trois pièces de super banquiers-traders, prélevant joyeusement leur dime sur le PIB des grands protecteurs, en s'offrant même, dans l'impunité la plus totale, de montages financiers hyper sophistiqués, se soldant par de monstrueuses banqueroutes frauduleuses et de détournements astronomiques, se chiffrant par centaines de milliards de dollars – comme en fin 2008 – et que le bon contribuable américain ou européen sera sommé de rembourser, dans le silence complice et criminel des différents lobbies politiques et médiatiques généreusement arrosés. Ne sont-ils pas chez eux dans la patrie du Dieu-dollar ? Ne sont-ils pas des membres bienfaiteurs des AIPAC et autres Organisations sionistes mondiales ? Ne sont-ils pas les financiers attitrés des campagnes électorales de la quasi-totalité des sénateurs et autres représentants au Congrès ? Et tant d'autres choses "souterraines" comme dirait M. De Diéguez… Des faux amis qui leur ont concocté et suggéré la trouvaille géniale du "Choc des Civilisations" pour garder les citoyens sous le stress béni de "l'ennemi extérieur"… Comme du temps non moins béni, de la guerre froide, d'avant l'effondrement du pôle soviétique. Afin de continuer à drainer donc, qui, au nom de la "sécurité nationale", qui, au nom de la "guerre au terrorisme international", qui, au nom de la "démocratie aéroportée" – mais jamais au nom de la lutte contre le chômage, contre la faim ou contre la maladie – les dollars du bon contribuable américain et les euros du bon contribuable européen, dans les coffres des grandes banques, des industries de la mort, des multinationales de la prédation et des grandes officines de la spéculation financière. Et de prélever au passage, la dîme pétrolière comme en Irak, ou la dîme de la drogue, comme en Afghanistan. Il suffisait juste de remplir les vides sidéraux des "boites osseuses" – n'est-ce pas M. de Diéguez ? – de cette frange abêtie, cupide et vénale, d'une intelligentsia occidentale, bouffie par ses propres certitudes et sevrée de toute spiritualité, "n'ayant plus pour dieu qu'elle-même et ses vouloirs" pour parler comme Julien Benda… pour la convertir aux thèses racistes, stupides et bellicistes des illuminés du sionisme chrétien dont le label politique est le néo conservatisme ou néo cons pour faire moins poli, mais plus juste…

Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, tout se passe en fait, comme si les dirigeants politiques et les gourous mystiques du monde judéo-chrétien, abusivement qualifiés de "monothéistes" et remariés respectivement depuis Nuremberg, puis, Vatican II par les liens indéfectibles de leurs intérêts – probablement spirituels, mais sûrement temporels – avaient subitement décidé d'effacer l'Histoire en oubliant, pour les uns, que les juifs étaient des "déicides" qui ont crucifié Jésus et pour les autres, que les chrétiens étaient les responsables des crimes de l'Inquisition, des pogroms et de l'holocauste. Au centre de ce deal qui constitue un véritable crime contre l'Humanité et le Droit International: la spoliation de la Palestine et le destin de tout un peuple, le peuple palestinien qui allait payer à la fois pour les crimes des uns et pour les crimes des autres. Sans oublier – pour faire bonne mesure – les crimes de haute trahison de certains régimes arabes, en particulier la monarchie saoudienne et la monarchie jordanienne.


Ainsi, si la création de l'Etat-greffon appelé Israël en Terre de Palestine, représente la part concédée aux sionistes sur les dépouilles de celle-ci, la part concédée à l'impérialisme étasunien et à ses vassaux d'Europe c'est la mise en place d'un véritable cancer politico idéologique, géostratégique et énergétique dont les ondes de choc quasi infinies, continuent à se répercuter jusqu'à ce jour, sur l'ensemble du monde arabe et même arabo-musulman.


""Si nous avions la chance – écrivait Churchill, le sinistre apôtre de l'impérialisme - d'assister de notre vivant à la naissance d'un Etat juif, non seulement en Palestine, mais sur les deux rives du Jourdain, nous verrions se produire un évènement absolument conforme aux intérêts réels de l'Empire.""


Cette ligne de conduite agressive et haineuse, suivie par l'alliance judéo-chrétienne contre nature et contre l'Histoire, dans sa Croisade contre l'Islam et les Musulmans, ne s'est jamais démentie depuis, revêtant toutes sortes de soubassements idéologiques, économiques, culturels…etc. Mais la montée irrésistible de l'Islam – y compris au plan mystique – et des pays musulmans, au cours des trois dernières décennies a eu pour effet semble-t-il de réveiller de vieux démons, par la seule vertu que cette religion n'a jamais été, elle, prise en défaut par les sciences, même les plus avant-gardistes ; et que bien au contraire, il ne se passe pas d'année où les découvertes les plus avancées dans les disciplines scientifiques les plus diverses – médecine, biologie, biochimie, génétique, géophysique, physique fondamentale, astrophysique…etc. – ne viennent corroborer certains Versets du Coran, entraînant la conversion d'illustres savants et autres hommes de l'art. Tandis qu'en Occident, la science n'en finit pas de faire tomber depuis des lustres, certains dogmes judéo-chrétiens des plus établis comme la théorie biblique du géocentrisme ou l'anachronisme criard de la Genèse, faisant remonter la Création aux quelques misérables milliers d'années du calendrier judaïque, pour ne citer que ces deux exemples.

D'où ce rejet par la raison, de plus en plus observé, du judaïsme et du christianisme dont les livres sacrés – la Torah et les Evangiles – qui forment la Bible ne sont plus, aux yeux de beaucoup – y compris des juifs et des chrétiens – qu'une compilation où se trouvent mélangés des Texte authentiques et des texte apocryphes. Ces derniers étant totalement truffés de contradictions manifestes avec la réalité et les données scientifiques, pour avoir pendant des siècles, été copiés et recopiés, traduits et retraduits, déformés et "corrigés" à loisir, au gré des influences ecclésiastiques ou des puissances séculières du moment. Voire au gré des fantaisies ici ou là, de quelques copistes, calligraphes et autres enlumineurs… Et comment ne pas rester perplexe dans ces conditions, quand M. Manuel de Diéguez lui-même ose qualifier de "monothéistes" deux religions. Sans oublier le fait qu'elles associent au Créateur, l'une d'un "fils" prénommé Uzaïr et l'autre, Jésus, en y ajoutant en plus, un Saint-Esprit… De quel rationalisme parle-t-on ?

8.- Pour conclure sur le Temps de Dieu


Je crois que c'est le regretté Pierre Rossi qui a dit : "Les égarements de la science sont plus dangereux que l'ignorance". C'est en se dépouillant de certains partis pris dogmatiques et en faisant des incursions fugaces, grâce au cogito dont le Créateur nous a pourvus, comme pour nous donner des "fenêtres", des "flashs", sur ce Réel hors normes humaines, qu'est l'immensité infinie et complexe des concepts de Temps et d'Espace que nous pouvons surmonter, l'espace d'un clin d'œil, nos misérables limites physiques, psychiques et intellectuelles et appréhender quelques bribes de ce Réel. En particulier certaines affirmations du Coran relatives au Temps : qu'il s'agisse de l'allusion aux Six Jours de la durée de la Création (3), de la comparaison purement pédagogique de la Journée divine à l'équivalent de Mille années terrestres (4), ou de la durée de Jour du Jugement dernier longue de 50.000 ans (5). Sans oublier, à l'autre bout de l'échelle, les durées infinitésimales comme la quasi-instantanéité de l'accomplissement des Décrets divins du "Kun-Fa-Yakun"(6) quand Il ordonne par exemple la création d'un objet matériel, d'un sujet biologique, ou la réalisation d'un acte immatériel en disant simplement : "Sois, et l'objet ou l'acte sont". Instantanément. Il y a même, à l'exemple de la narration de la rencontre à Jérusalem, entre le Prophète-Roi Salomon – Sur Lui soit le Salut – et la Reine de Saba, Balqisse, l'exemple de l'accomplissement d'un véritable Décret de téléportation du trône de la Reine situé au Yémen, instantanément ramené à Jérusalem, sur ordre de Salomon, pour montrer à la Reine de Saba, le pouvoir surnaturel du Prophète-Roi (7).

Cette dernière relation coranique illustre à merveille la complexité de la notion d'instantanéité. En effet, s'est-il agi d'une abolition totale du temps, ou du moins, de sa réduction à une échelle infinitésimale ou plutôt d'un phénomène de "contraction" de l'Espace… comme cela est évoqué dans la Relativité ? A moins qu'il ne se soit agi de la mise en œuvre consubstantielle des deux phénomènes à la fois. Question qui repose sous un jour beaucoup plus clair, la notion-même du continuum Espace-Temps… ainsi que le rappelle cet évènement majeur qu'est le "Voyage nocturne" relaté dans le Coran (8) ; un voyage à côté duquel à côté l'allégorie du "Voyage de Langevin" fait figure d'aimable excursion champêtre…

Par ailleurs, je voudrais vous rappeler ici deux autres passages étonnants de votre chronique : où vous écriviez ceci – Je vous cite :


1°) - ""Parmi les saints chrétiens, seul saint Augustin, un Algérien, a compris que si le Dieu des juifs et celui des chrétiens n’avait pas pris la précaution de créer l’espace et le temps, il n’aurait pas su où loger le ciel et la terre. Cette domiciliation primordiale nous renvoie à la fois à l’ultime fondement de la politique et à la psychologie la plus focale du mystique d’avant-garde de notre temps.""


Question qu'un Candide de passage aurait immédiatement posée: – "Le ciel et la terre ne sont-ils pas déjà "de" l'espace ?" Et dire que du temps où il y avait de vrais profs de philo – même en langue française – on savait déjà que la matière est consubstantielle à l'espace, comme d'ailleurs l'énergie est consubstantielle au Temps. Autrement dit, sans Espace, pas de matière ; sans Temps, pas d'énergie.



2°) - ""…Croire et savoir font deux: on ne validera jamais l'alchimie, l'astrologie, la théologie ou la chiromancie à en perfectionner les visées oniriques, parce que tout progrès de la raison passe par l'enfantement d'un encéphale placé sur un autre échiquier de la méthode que celui d'autrefois."""


Question d'un autre Candide de passage : Qui est "on" dans "on ne validera jamais l'alchimie, l'astrologie, la théologie…" ? Qui valide quoi et à quel titre ? Ne serait-il pas plus sage d'attendre que les différentes chapelles de l'Anthropologie se mettent au moins d'accord entre elles sur la nature, scientifique ou non, d'une discipline qui embrasse un peu de trop pour bien étreindre… Ne trouvez-vous pas choquant de la part d'un penseur de votre qualité, M. Manuel de Diéguez, de ranger en vrac la théologie – à moins que vous ne fassiez allusion aux textes apocryphes de la Bible – avec l'astrologie ou la chiromancie ?...

Quel serait alors votre jugement sur l'évolutionnisme darwinien, chéri par la franc-maçonnerie ou sur la psychanalyse freudienne, adulée par les sionistes ?

C'est le grand Isaac Newton qui doit se retourner dans sa tombe, qui a conclu son "Principia" par ce passage devenu classique :



""Ne doutez pas de l'existence du Créateur ! Il est, en effet, impensable que ce soit la nécessité seule, qui dirige l'univers ! Car une nécessité aveugle, et échappant à tout changement, on ne peut imaginer qu'elle soit à l'origine de ce monde avec toute sa diversité et l'harmonie et l'ordre qui la caractérisent, et ce malgré le changement des temps et des lieux ! Disons plutôt que tout cela ne peut provenir que d'un Être éternel doué de sagesse et de volonté""


Une seule conclusion pour clore cette réponse : Puisse Allah vous pardonner et vous aider à méditer cette réflexion du Prophète Muhammad (sur Lui le Salut) :


""L'homme est en état de sommeil, c'est au moment de mourir qu'il se réveillera""






(*) Nota : Si certaines affirmations contenues dans le texte de cette réponse devaient choquer quelques personnes, quelques corps constitués ou quelques institutions quelles qu'elles soient, je déclare assumer totalement, en qualité d'homme libre, mes opinions au nom de la sacro-sainte Liberté d'expression.

(1)"" N'insultez pas au Temps, car le Temps c'est Dieu."" (Hadith du Prophète Muhammad)


(2) Dans le vocabulaire arabe, il y a un terme spécifique – Al-'Azalyya الآزلية – pour désigner l'Eternité négative qui se projette dans l'infinitude du passé pour le différencier de l'Eternité positive: "Al-Khulúd – qui se projette dans l'infinitude du futur.


(3) "C'est Lui qui a créé les Cieux et la Terre en Six jours…" (Coran : Sourate n°11 – Hod – Verset n°7)


(4) "....Et (sachez) qu'Une journée pour Dieu équivaut à Mille années de votre comput" (Coran : Sourate n°34 - Al-Hajj – Verset n°45)


(5) " Les Anges et l'Archange Gabriel s'élèveront vers Lui en une Journée (celle du Jugement Dernier) équivalant à 50.000 ans" (Coran : Sourate n°70 – Al-Maârij – Verset n°3)


(6) " Son pouvoir, quand Il a décidé d'une chose, c'est de dire : "Sois !"- Et la chose Est" (Coran : Sourate n°36 – Yassine – Verset n°81)


(7) " … Celui qui avait la Connaissance contenue dans le Livre a dit (à Salomon) : Moi je te l'apporterai (le trône de la Reine de Saba) avant que tu ne clignes des yeux…" (Coran : Sourate n°27 – An-Naml / Les Fourmis – Verset n°41)


(8) "Gloire à Celui qui fit faire le Voyage nocturne à son serviteur, depuis la Mosquée sacrée (la Mecque) à la Mosquée d'Al-Aqsa (Al-Quds ou Jérusalem)…" (Coran : Sourate n° 17 - Al-Isra – Verset n° 1)
 
dimanche 23 septembre 2012
 

Coups durs pour les États-Unis 

 

 



L’administration américaine a reçu deux coups sérieux au cours des 10 derniers jours.



Abdel Bari Atwan
Dimanche 23 Septembre 2012


Manifestation à Jalalabad, en mars 2012, pour protester contre un enième massacre de civils afghans commis par les troupes de l’OTAN
Manifestation à Jalalabad, en mars 2012, pour protester contre un enième massacre de civils afghans commis par les troupes de l’OTAN
Le premier est la prise d’assaut de son consulat à Benghazi en Libye, au cours de laquelle l’ambassadeur américain Christopher Stevens et trois autres diplomates ont été tués. La seconde a été la décision de l’OTAN de suspendre toutes les opérations conjointes avec les forces de sécurité afghanes après une série de d’attaques internes [des soldats afghans se retournant contre les armées occupantes].

Ce que ces deux événements ont en commun, c’est que les États-Unis, sous George W. Bush, ont envahi l’Afghanistan pour « libérer » ce pays des Talibans qui avaient fourni un refuge pour Al-Qaïda, tandis que les États-Unis sous Barack Obama, sont intervenus militairement afin de « libérer » la Libye de son dictateur corrompu, Muammar al-Kadhafi.


La secrétaire d’État américaine Hillary Clinton a laissé paraître le choc ressenti avec l’assassinat des diplomates en poste à Benghazi. Elle ne pouvait pas comprendre comment cela pouvait se produire dans un pays, que « nous avons aidé à libérer » et « dans une ville que nous avons sauvée de la destruction ».


Peut-être que Mme Clinton n’a pas compris que ce qui a provoqué de furieuses protestations partout dans les pays musulmans était un film dégoûtant, made in USA, qui agresse et insulte plus d’un milliard et demi de Musulmans partout dans le monde.


Christopher Stevens était au consulat américain à Benghazi parce qu’il estimait qu’il serait plus en sécurité que dans Tripoli, où l’ambassade est gardée par des milices armées à la loyauté incertaine.


En Afghanistan, les manifestants ont attaqué des bases militaires, tuant six soldats, quatre Américains et deux Britanniques.


Mme Clinton ne comprendra jamais cet outrage ou les raisons qui en sont à l’origine, tout simplement parce que tous ses renseignements sur la région sont fournis par des instituts de recherche contrôlés par des experts qui sont pro-Israël et qui ne présentent par conséquent aucun aperçu objectif des faits. C’est la principale raison à l’origine des nombreux échecs des administrations américaines successives au Moyen-Orient, sans doute la région la plus importante pour les États-Unis en termes d’intérêts stratégiques.


Onze ans après la première invasion de l’Afghanistan, l’OTAN a décidé de modifier sa stratégie dans le pays, après avoir perdu toute confiance dans les plus de 250 000 soldats afghans et agents de sécurité formés pour un coût de 6 milliards de dollars. Les planificateurs de l’OTAN se sont rendus compte que près de 25 pour cent de toutes les attaques ciblant leurs troupes dans le pays, ont été lancées par ces mêmes soldats et agents de sécurité.


Il s’agit d’un recul important pour l’OTAN, car cette organisation voulait que ces forces afghanes supplétives prennent en charge toutes les fonctions de sécurité en Afghanistan après le retrait de l’OTAN, prévue pour 2014. Aujourd’hui, il n’y a pas de forces fiables auxquelles l’OTAN puisse confier ces missions. Pas plus que l’Occident ne trouvera un remplaçant plus sympathique à Karzaï, qui a annoncé qu’il ne se présentera pas à de nouvelles élections.


Les Talibans peuvent désormais prétendre à la victoire sur l’OTAN, une victoire acquise de haute lutte, et grâce à sa capacité extraordinaire à planifier des attaques et à recruter des combattants au sein même des troupes du gouvernement.


Les troupes occidentales en Afghanistan sont connues pour consommer de la drogue, de sorte qu’il n’est peut-être pas surprenant qu’elles n’aient pas réussi à accomplir la mission qui leur était confiée par leurs bailleurs de fonds. L’armée américaine elle-même a révélé que huit soldats américains sont morts d’une surdose d’héroïne en 2011, tandis que 56 ont été arrêtés pour trafic d’héroïne et que 113 ont été reconnus positifs lors de tests aléatoires pour détecter l’usage d’héroïne ou de morphine. Les officiels reconnaissent que l’usage de drogues est en hausse parmi toutes les troupes de l’OTAN.


Il est déconcertant que l’administration américaine ait pu s’attendre à ce que l’armée afghane nouvellement créée soit loyale envers les États-Unis. Le président Barack Obama a annoncé que les troupes de l’OTAN se retireront en 2014, alors pourquoi les soldats afghans commenceraient-ils à se battre avec les Talibans, leurs compatriotes venues des tribus pachtounes qui représentent près de la moitié de la population, et qui devraient reprendre les rênes du pouvoir une fois l’OTAN partie ?


Et considérez seulement la conduite de ces troupes de l’OTAN... Pourquoi les soldats afghans respecteraient-ils des soldats qui urinent sur les cadavres de combattants Talibans tués ou mettent en pièces des copies du saint Coran ? Les soldats afghans sont-ils susceptibles d’oublier le soldat américain qui a quitté sa base dans la nuit pour aller massacrer 18 personnes dans un petit village - la plupart des victimes étant des femmes et des enfants - puis verser de l’essence sur leurs cadavres, y mettre le feu et regarder leur corps se consumer tout en fumant sa cigarette ?


L’OTAN est allé en Afghanistan avec une offensive au sol et aérienne massive pour se débarrasser d’Al-Qaïda et de leurs alliés, les Talibans. Le résultat final de cette guerre, c’est que les groupes d’Al-Qaïda ont en fait augmenté, et que les Talibans sont le prochain régime au pouvoir en Afghanistan.


On se demande qui sont les génies qui ont convaincu les membres de l’OTAN d’aller se promener dans cet enfer afghan, où aucune puissance étrangère n’a jamais réussi à rester ni s’en retourner victorieuse depuis des centaines d’années ? Inutile de dire qu’ils se trouvent dans les centres d’études néo-conservateurs qui ne se soucient que de leur loyauté envers Israël.


Il y a quelques signes avant-coureurs selon quoi les États-Unis déploieront des avions militaires et des troupes terrestres en Libye dans le but de se venger de la mort de leurs diplomates. Si ces informations sont exactes, ce seront alors de bonnes nouvelles pour les djihadistes qui savent que les efforts américains pour se venger sur al-Qaïda après les attentats du 9/11 ont entraîné la dépense de plus de 500 milliards de dollars en Afghanistan et le double de cette somme en Irak.


Les États-Unis ont à juste titre gagné la haine des Arabes et des Musulmans en raison de leur soutien à des régimes dictatoriaux dans la région et de leur extrême partialité en faveur Israël. Ils ont encore accumulé plus de haine dans la région après le Printemps arabe, car ils n’ont pas changé de stratégie.


Mme Clinton, avec les néo-conservateurs qui lui fournissent des rapports qui ne servent que les intérêts d’Israël, a besoin de prendre des cours d’histoire et de géographie du Moyen-Orient, afin d’éviter de nouveaux déboires comme le choc de Benghazi. Si elle veut vraiment apprendre la vérité, nous sommes plus que disposés à lui fournir des enseignants honnêtes.



* Abdel Bari Atwan est palestinien et rédacteur en chef du quotidien al-Quds al-Arabi, grand quotidien en langue arabe édité à Londres. Abdel Bari Atwan est considéré comme l’un des analystes les plus pertinents de toute la presse arabe.
http://www.info-palestine.net/article.php3?id_article=12676 http://www.info-palestine.net/article.php3?id_article=12676
 
samedi 22 septembre 2012
 

Qui sont les caricatures du Prophète ?

 

 

Ces dictatures pétrolières qui financent la guerre entre musulmans ; ne sont-ce point elles les vraies caricatures du Prophète ? Ces bédouins engraissés se prostituant pour un ballon rond ; ne sont-ce point eux les vraies caricatures du Prophète ? Ces pouvoirs qui organisent des manifestations spontanées pour mieux trahir leur peuple ; ne sont-ce point eux les vraies caricatures du Prophète ?


Tempête dans un verre d’eau médiatique, sans doute l’eau trouble enivre. Répondre à la provocation serait-il un devoir sacré ? L’imbécilité serait-elle élevée au rang de qualité ? Dans un monde hyper médiatisé, le silence serait-il une obscénité ?
• Une caricature est « une image exagérément déformée de la réalité ». Ce ne sont pas les musulmans qui réagissent par la violence et l’injustice à ces provocations, mais une frange extrême. Des caricatures de Muhammad qui vocifèrent dans les rues en regardant la caméra. Les musulmans, du fait qu’ils souffrent de l’insulte faite à leur Prophète, soutiennent inconsciemment ces réactions violentes et déplacées. Ces extrêmes de l’islam sont pourtant à l’œuvre en Somalie et au Mali comme ils l’avaient été au Soudan et en Afghanistan. Si vous pensez que ces barbares pour qui la “loi divine” consiste à flageller, amputer et lapider, vous représentent, alors vous pouvez croire qu’ils défendent l’honneur de l’islam et des musulmans en prétendant laver l’affront fait à notre Prophète.
• Une provocation est « l’action d’inciter quelqu’un à une action violente et répréhensible », telle est sa définition, explicite. Quand le provocateur détient la force, c’est aussi l’art d’entrainer l’autre à sa perte. En une fable éternellement recommencée, l’Agneau, dont les arguments étaient justes et rationnels, crut bon de répondre à la provocation du Loup, on connait la suite. Par leurs réactions grotesques, par l’injustice faite aux victimes, certains caricaturent le Prophète comme d’autres caricaturent la liberté d’opinion.
Ceux-là mêmes qui prétendent défendre l’honneur du Prophète, et donc de l’islam, bafouent en réalité les principes enseignés par le Prophète. Ces lyncheurs autoproclamés, pseudo-justiciers de Dieu, bafouent la justice de la juste Parole de Dieu ; ne sont-ce point eux les vraies caricatures du Prophète? Ces dictatures pétrolières qui financent la guerre entre musulmans ; ne sont-ce point elles les vraies caricatures du Prophète ? Ces bédouins engraissés se prostituant pour un ballon rond ; ne sont-ce point eux les vraies caricatures du Prophète ? Ces pouvoirs qui organisent des manifestations spontanées pour mieux trahir leur peuple ; ne sont-ce point eux les vraies caricatures du Prophète ? Ces adeptes de la chemise noire qui brûlent leur fastfood préféré ; ne sont-ce point eux les caricatures du Prophète ? Et la liste est longue !
• Le Loup, toujours lui, avait bien sûr tort, a-t-on jamais vu un provocateur qui eut raison ! Mais l’Agneau, encore lui, qui se jeta en sa gueule, a-t-il eu raison ? Nous souvenons-nous d’un pâle écrivaillon propulsé sous les sunlights de la célébrité par la méphistophélique manœuvre de l’Imâm. Combien ont lu ce pauvre livre, et combien ont vu ce bout de pellicule ? Peu importe, semble-t-il, quand il en va de l’honneur, l’esprit de clan mobilise ; les archaïsmes relèvent du réflexe de corps. Si la bêtise et la méchanceté étaient les caractéristiques de l’islam, alors Charlie hebdo serait musulman.
• Pourtant, réagir n’est pas agir, tout comme réfléchir n’est pas fléchir. Plaider pour la raison dans un monde de folie vous fait passer pour fou, c’est certain. Le bruit aussi rend sourd, c’est certain. Alors pour ceux qui se demandent quelle aurait été la réponse du Prophète en de pareils cas, peut-être nous faudrait-il dans ce vacarme tenter d’entendre le Coran :
– Le Prophète, nous le savons tous, est un modèle pour les croyants : « Il y a, certes, pour vous en le Messager de Dieu un modèle excellent pour qui espère de Dieu et du Jour dernier et invoque Dieu abondement.» S33.V21. Par modèle, s’agit-il d’imiter la longueur de sa barbe ou sa grandeur d’âme ? L’esprit de caricature commence là.
– C’est à l’image de cette noblesse prophétique qu’il est dit : « Les adorateurs du Tout-Miséricordieux foulent la terre humblement, et lorsque les interpellent les ignorants ils répondent : Paix ! » S25.V63.
– Ainsi, les croyants se tiennent intelligemment à l’écart de la provocation : « Et, lorsqu’ils entendent des propos inconsidérés, ils s’en détournent et disent : A nous nos actes, à vous les vôtres. Paix soit sur vous, nous ne recherchons pas les ignorants ! » S28.V55.  
– Le Prophète eut à subir de la part de ses nombreux détracteurs des insultes, des brimades, des provocations, et Dieu lui dit : « Nous savons que ce qu’ils disent t’affecte. En réalité, ce n’est point toi qu’ils démentent, mais ce sont les versets de Dieu que les injustes dénient. Certes, avant toi ont été démentis des messagers qui alors endurèrent avec patience qu’on les traite de menteurs et leur fasse du mal jusqu’à ce que leur vienne le secours de Dieu. Nul changement aux propos de Dieu, et il t’est parvenu des nouvelles quant aux prophètes.» S6.V33-34.
– Tous les prophètes ont eu leurs diffamateurs, Dieu conseilla à Muhammad de ne pas répondre à cette gent hostile : « N’obéis pas aux dénégateurs et aux hypocrites, délaisse leur méchanceté et place ta confiance en Dieu, Dieu suffit comme garant. » S33.V48.   
– Les musulmans sont appelés à l’image du Prophète au meilleur des comportements relationnels : «Et appelle au chemin de ton Seigneur avec sagesse et belle exhortation, ne controverse avec eux que de la meilleure manière…» Ceci parce qu’en aucune manière les hommes ont à se substituer à Dieu, Lui qui dirige le monde selon Sa volonté : « …Certes, ton Seigneur sait parfaitement qui s’égare de Son chemin et qui est bien guidé. » S16.V125-126.
– La sagesse et l’intelligence sont la réponse adaptée et le comportement respectueux. Nul ne peut espérer raisonnablement qu’on le respecte s’il n’est pas lui-même respectueux de l’autre et de lui-même : « N’insultez pas ceux qu’ils invoquent en dehors de Dieu, car ils insulteraient alors Dieu par animosité et ignorance » Ne vous comportez pas comme se comporte l’autre, car : « c’est ainsi que Nous avons embelli aux yeux de chaque communauté ses actes » Comprendre cela relève d’un processus de foi car au final : « Puis, vers leur Seigneur se fera leur retour et ils les informera quant à ceux qu’ils œuvraient » S6.V108.
– La foi est un haut degré éthique :   « Le bien n’est point l’égal du mal, réponds par ce qu’il y a de meilleur afin que celui qui nourrit à ton égard inimitié soit comme un ami chaleureux. » S41.V34.     Ce n’est pas la voie de la facilité, celle de l’insulte et de la vocifération :   « mais cela n’est donné qu’à ceux qui endurent avec patience, cela n’est donné qu’à ceux qui bénéficient d’une grande grâce. » S41.V35.  
– L’on n’atteint le sommet que lorsqu’on maîtrise la base : le respect et l’amour de la vie  «… Celui qui a tué un être hors droits est comme s’il avait tué l’humanité, et qui a respecté une vie est comme s’il avait sauvé l’humanité… » S5.V32.  
– Nous sommes loin d’être dignes de notre religion et nous complaire dans la facilité, répondre à l’offense par l’offense, à la bêtise par la bêtise, nous condamne certainement, car : « …Dieu ne change pas l’état d’un peuple tant qu’il n’a pas changé ce qui est en lui… » S13.V11. Et pour mieux comprendre où nous en sommes actuellement, il nous faut savoir que nulle communauté sur cette terre ne bénéficie de la grâce de Dieu dès lors qu’elle dévie en ses comportements :   « Cela du fait que Dieu ne change pas la grâce qu’Il avait octroyée à un peuple tant qu’ils n’ont pas changé eux-mêmes… » S8.V53.  
– Alors, pourquoi les musulmans qui sont les dépositaires de cette Parole n’ont-ils pas entendu cette mise en garde: "Commanderiez-vous aux gens la piété et l’oublierez-vous vous-mêmes, alors que vous récitez le Livre ! Ne réfléchissez-vous donc pas ?!" S2.V44.
Dr Al Ajamî
 
"Si vous n’y prenez pas garde, les journaux finiront par vous faire haïr les opprimés et adorer les oppresseurs." Malcom X

Archives
février 2007 / mars 2007 / avril 2007 / mai 2007 / juin 2007 / juillet 2007 / août 2007 / septembre 2007 / octobre 2007 / novembre 2007 / décembre 2007 / janvier 2008 / février 2008 / mars 2008 / avril 2008 / mai 2008 / juin 2008 / septembre 2008 / octobre 2008 / novembre 2008 / décembre 2008 / janvier 2009 / février 2009 / mars 2009 / avril 2009 / mai 2009 / juin 2009 / juillet 2009 / août 2009 / septembre 2009 / octobre 2009 / novembre 2009 / décembre 2009 / janvier 2010 / février 2010 / mars 2010 / avril 2010 / mai 2010 / juin 2010 / juillet 2010 / août 2010 / septembre 2010 / octobre 2010 / novembre 2010 / décembre 2010 / janvier 2011 / février 2011 / mars 2011 / avril 2011 / mai 2011 / juin 2011 / juillet 2011 / août 2011 / septembre 2011 / octobre 2011 / novembre 2011 / décembre 2011 / janvier 2012 / février 2012 / mars 2012 / avril 2012 / mai 2012 / juin 2012 / juillet 2012 / août 2012 / septembre 2012 / octobre 2012 / novembre 2012 / décembre 2012 / janvier 2013 / février 2013 / mars 2013 / avril 2013 / mai 2013 / juin 2013 / juillet 2013 / août 2013 / septembre 2013 / octobre 2013 / novembre 2013 / décembre 2013 / janvier 2014 / février 2014 / mars 2014 / avril 2014 / mai 2014 / juin 2014 / juillet 2014 / août 2014 / septembre 2014 / octobre 2014 / novembre 2014 / décembre 2014 / janvier 2015 / février 2015 / mars 2015 / avril 2015 / mai 2015 / juin 2015 / juillet 2015 / août 2015 / septembre 2015 / octobre 2015 / novembre 2015 / décembre 2015 / janvier 2016 / février 2016 / mars 2016 / avril 2016 / mai 2016 / juin 2016 / juillet 2016 / août 2016 / septembre 2016 / octobre 2016 / novembre 2016 / décembre 2016 / janvier 2017 / février 2017 / mars 2017 / avril 2017 / mai 2017 / juin 2017 / juillet 2017 / août 2017 / septembre 2017 / octobre 2017 / novembre 2017 /


Powered by Blogger

Abonnement
Articles [Atom]