ELWATAN-ALHABIB
vendredi 29 janvier 2010
 
SOS Gaza ! Et la diversion par l’antisémitisme et le Darfour Version imprimable Suggérer par mail
Amar Djerrad




Au moment où les Soudanais s’évertuent à trouver des solutions à leur guerre civile et juste là où ils sont, enfin, en phase de régler leurs différents, voila que des voix opportunistes s’élèvent en France, tambour battant, pour une « réunion, à Paris, autour d'Urgence Darfour, du noyau des militants qui tentent, depuis des années, d'alerter l'opinion sur l'horreur des massacres perpétrés par le régime islamiste de Khartoum ». Connaissant leur soutien « inconditionnelle » en faveurs d’Israël, leur ‘choc’ et ‘larmes’ sur ce qui se passe au Darfour ne peuvent être sincères d’autant qu’il apparait clair qu’ils font plutôt dans la désinformation et la diversion avec leur slogan «SOS Darfour! ». Du conflit du Moyen Orient et particulièrement des injustices envers les palestiniens, « motus ! ».

Ce qui se passe au Darfour une affaire interne qui concerne le Soudan ; un pays indépendant. Les choses auraient pu s’arranger s’il n’y avait cette funeste ingérence sournoisement "humanitaire" de certains pays de l’occident avec leur propagande subversive pour des motifs, en fait, d’intérêts bassement matériels mais surtout stratégique et hégémonique. On connait bien maintenant les tenants et aboutissants qui ont permis d’accoler cette supposée inculpation au Président soudanais ainsi que l’instrumentalisation de certaines organisations (y compris la CPI) par des groupes de pression. Humanitaires au départ, certaines institutions et organisations internationales ont été - au fil du temps, des conjonctures internationales et des intérêts - détournées pour devenir des auxiliaires et faire-valoir de puissants lobbies qui ne cessent de brandir, par l’odieux chantage aux «Droits de l’homme» et autres « libertés », ‘l’épée de Damoclès’ de sanctions «internationales» ou carrément l’inculpation de hautes personnalités, même en exercice, quand leurs intérêts souvent illégaux se trouvent compromis. On constate également un lien obscur et occulte à voir certains relais médiatico-politico-économique et le traitement vil et outrancier qu’ils en font des informations et ce, et comme toujours, dans le but de diaboliser, d’humilier, de culpabiliser pour mieux dominer.

Cependant, il y a une urgence que certains voudrait bien faire oublier ! Ce qui se passe à Gaza, de son bombardement hasardeux qui à causé plus de 1400 morts en majorité des enfants, des femmes et des vieillards, du blocus ignoble que dénoncent des ONG, des enfants qui meurent quotidiennement pour insuffisance de nourriture et de médicaments, des assassinats ciblés, des destructions des maisons palestiniennes et de leur spoliation, etc. Il y a aussi l’encombrant rapport Goldstone que ces groupes pro-sionistes essayent de ‘torpiller’ puisqu’ils s’activent à faire changer ou ‘arranger’ certaines lois de certains pays occidentaux. Ces lois étaient applicables jusque là, mais dès que des personnalités du régime Israélien étaient visées, voilà que l’on pense à les « revoir ». Ces lobbies ‘faiseurs d’opinions’ et leurs chantres, exploitants du « fonds de commerce » qu’est l’holocauste qu’ils croient éternel et inépuisable, s’évertuent à étendre ‘l’antisémitisme’ (comme le racisme) sur un espace qui ne peut pas être le sien mais qui, opportunément, pensent tirer parti et profit du conflit Israélo-arabe ; et ce après avoir obtenu de l’Europe un soutien inconditionnel du fait d’un sentiment de culpabilité ‘inculqué’ à dessein. Un de leur serviteur médiatisé, (un ex musulman et ex Egyptien dénommé MCA) devenu député Européen, affirme dans un de ces livres que l’« On banalise le nouvel antisémitisme sous couvert d’antisionisme » ; croyant ainsi dédouaner le sionisme de ses crimes. Il s’agit en fait, pour eux, de « banaliser le sionisme sous couvert d’antisémitisme » afin de cacher ou de faire diversion sur les exactions qu’ils font subir au peuple Palestinien depuis plus de 60 ans. En effet qui de l’Occident se souci de la prison « à ciel ouvert » qu’est Gaza ? Du mur entourant la Cisjordanie tel un grand ghetto ? Des crimes commis contre les palestiniens? De la poursuite de la construction de colonies et la violence des colons qui se permettent d’arracher et de bruler des milliers d’arbres fruitiers des paysans palestiniens en plus du blocus abject imposé ? Des outrages continus à l’ONU et aux Lois internationales? Des assassinats de journalistes indépendants et de pacifistes? Etc. Ils sont rares dans la configuration médiatique actuelle. Un commentateur Français a écrit à ce propos: « Leur discernement est altéré car ils s’avèrent incapables de déterminer qui fait le mal et qui le subit, qui est l’occupant et qui est l’occupé, qui est l’assassin et qui est la victime. Ceci permet de comprendre que lorsqu’il s’agit de la désastreuse politique d’Israël, ils ont d’énormes difficultés à reconnaître la vérité, car cette vérité les condamne lourdement ». Où sont donc les « principes humaniste » ?

Chacun est maintenant convaincu que les sincères ‘principes humanistes’ (devenu «fonds de commerce») sont loin d’être 'souhaités' pour ces pays. Démocratie de façade oui, la vraie non ! Car celle-ci, «réservée» pour eux, ne s’accommode pas avec leur stratégie hégémoniste. La crise financière actuelle montre parfaitement que dés lors que leurs intérêts soient en jeux, ils y mettent tous les moyens en ne s'embarrassant ni de principes, ni d'éthique. On est donc dans le même esprit colonialiste dévastateur qui n’est pas près de s’extirper des mauvaises consciences.

Nous savons tous que l’injustice est le terreau de tous les extrémismes, qu’elle nourri la haine et l’exclusion. Ceci est valable à l’échelle d’un Etat, d’un continent ou de la planète. Alors, Il appartient aux pays et aux hommes de bonne volonté de riposter de façon sage et comme il se doit à ce «nouvel ordre des grands» injuste et déstabilisant, à ces jeux pervers sur des principes humanistes dont on sait que ces lobbies sont loin d’en vouloir admettre l’instauration dans ces contrées «utiles».

Amar Djerrad
 
mercredi 27 janvier 2010
  L'IMAM DE SION ou le RABBIN CACHE
Auteur:Davidel;blog Antipropagande


S’il y a une chose sur laquelle je suis d’accord, et d’entré de jeux, c’est qu’il faut « nettoyer la merde » en profondeur dans les rangs des musulmans. C’est aux musulmans d’identifier les collaborasionistes et de les mettre sur la touche ou simplement de les pousser vers leurs amis de sion.

Bien évidemment, il est question ici du rabbin caché sous l’étiquette l’imam de Drancy chalghoumi. Je n’aimerai pas être derrière un type comme celui la, ni l’avoir derrière moi en raison de sa complicité avec le crif.

S’il voulait vraiment ouvrir un débat avec la communauté juive et non les institutions, je n’aurai pas de doute quant a ses intentions. le problème, c’est qu’il s’est acoquiné avec les pires ennemis de l’islam et des musulmans : sammy ghozlan qui a passé son temps a reprocher aux musulmans d’aider les palestiniens. Sammy ghozlan qui a manifesté son soutien aux milicens juifs sionistes de tsahal alors que des centaines de femmes et d’enfants étaient assassinés par les bombes juifs sionistes… sammy ghozlan accusait les victimes. lui, il a le droit de s’occuper de la politique internationale, mais pas les musulmans.

Sammy ghozlan c’est aussi le droit de redecker a cracher sur les musulmans, l’islam et le prophète. Voyez donc sa photo au coté de BHL, val, fourest etc…

Si, le rabbin caché de Drancy, mr chalghoumi a la mémoire très courte. Cependant, les musulmans n’ont pas la mémoire courte et n’ont pas du tout de rancune. Ils désirent simplement qu’un hypocrite comme lui ne représente que lui et ne s’affiche en tant que principale porte parole des musulmans.

Sammy ghozlan aime beaucoup chalghoumi, le rabbin caché : « il est un interlocuteur plus favorable que le CFCM, trop influencé par la politique internationale » disait sammy ghozlan. Effectivement, chalghoumi a créé cette antenne de faux imams pour diviser les musulmans et permettre ainsi de tuer toutes les protestations contre la politique sioniste. c’es aussi une manière de tuer tout force qui deviendrait incontrolable. Le rabbin chelghoumi est plutôt le vers dans la pomme… c’est bien de cela qu’il s’agit dans la bouche de ghozlan.

« Interlocuteur plus favorable » signifie que chelghoumi est plus disposé a se soumettre comme les ni pute ni soumise : entièrement soumise au sionisme et revendique les mêmes assertions que cet imam de Drancy. Ce qui m’amène a dire que chelghoumi est l’imam de ni pute ni soumise…

Sammy ghozlan est une seconde officine politiquo-judaïste française. Pourquoi cet imam s’est il acharner a suivre les consignes de ces gens pour diviser les musulmans. le pire dans cette histoire montée de toute pièce par les amis du rabbin caché, c’est qu’il a porté plainte contre des musulmans… ses propres frères. S’il avait une once de foi, il ne se serait pas adressé aux kaffirine pour régler des affaires entres musulmans… tout imam, non ignorant, le sait.

A vouloir diviser et dominer la population, l’on tombe de très haut. C’est ce que disent les musulmans : Celui qui recherche la gouvernance sans compétence, il devient l’esclave de toutes les influences sauf de son créateur.

En lisant les affirmations du collectif Cheick Yassine que les juifs sionistes voudraient mêler a cette affaire, je constate que le rabbin caché, l’imam chalghoumi a menti. Le rabbin caché, l’imam chalghoumi se considère, selon le monde.fr comme un homme laïc arabo musulman :

"Culturelle et non cultuelle, laïque et apolitique, Mosaïc constituera un espace d'expression pour cette majorité silencieuse qui ne souhaite plus laisser son image bafouée par une minorité agitée plutôt qu'agissante".

il se considère donc comme la majorité silencieuse.. A lui seul.

Vous voyez bien ici que les juifs sionistes font tout pour diviser les musulmans en utilisant des essuie-mains. Cela ne leur a pas suffit d’utiliser des bougnoules (malek bounty, fadela hmara, sifaoui) maintenant, ce sont des bougnolo-musulman…

Ils auront tous essayé les juif ssionistes. Cependant, leur rabbin caché vient de se faire connaitre par les musulmans du monde entier… et ils ne vont pas lui faire de cadeau.

Pour l’imam du crif...qui voudrait "sortir les musulmans d'une logique de guerre"...OH; va dire cela aux palestiniens depuis plus d'un demi siecle...
 
dimanche 17 janvier 2010
 


USA/Israël: Infiltration

des sites

Web d'information

alternatifs par les agents

Sionistes




Publié le 15 janvier 2010 sur le site Alter Info

Cet excellent article documente de façon officielle l'action des divers gouvernements à la solde des Sionistes contre les sites d'information alternatifs.

Beaucoup d'agents Sionistes viennent inonder quotidiennement notre site Alter Info, discréditant le fait que de tels groupes d’agent de propagande payés par les gouvernements existent, et renvoyant la balle à la plupart des honnêtes contributeurs et lecteurs de notre site et d'autres sites alternatifs authentiques.

Il est inutile de lister leur nom car ces énergumènes changent régulièrement de pseudo et d'IP, mais méfiez vous d'une partie d'entre eux qui gardent le même pseudo et qui restent discrets tant qu'ils ne sont pas grillés, afin de susciter la confiance et d'être à même d'infiltrer ces sites.

Par ailleurs, il existe aujourd’hui plus de sites alternatifs secrètement à la solde des gouvernements que de sites authentiques. Vous reconnaîtrez ces sites par leurs méthodes : les commentaires n’apparaissent qu’après modération, postez donc un commentaire qui sort des sentiers battus et vous verrez qu’il n’apparaîtra jamais. Ils ont aussi souvent l’habitude de mélanger des bribes d’informations justes, afin de se donner de la crédibilité avec beaucoup d’informations similaires à la presse d’Etat Sioniste. Ils sont aussi généralement très récalcitrant à diffuser des informations accusant les Sionistes, les Satanistes, les religions New Age. Ils critiquent certains faits mais jamais les valeurs Satanistes de notre société. Exemple : Comment voulez vous être crédible si vous parlez du Nouvel Ordre Mondial sans croire à la culpabilité des Sionistes dans le 9/11 ? Si vous dénoncer les malversations des élites sans jamais évoquer leurs pratiques Satanistes et ses implications sur notre société au quotidien.

Il est inutile de lister ses sites, ils poussent comme des champignons, ils ont l’air d’avoir les moyens (pas de publicité pour un site de haut standing !!!), mais il suffit de voir leur News du jour pour se rendre compte de la supercherie.

Le principal organe de dénonciation des malversations de nos gouvernements Satanistes sont depuis belle lurette les sites d'information alternatifs. Les partis politiques d'opposition et les associations ne pouvant pas agir efficacement, combien même ils seraient honnêtes, du fait qu'il leur faut des moyens financiers considérables pour jouir d'une visibilité conséquente. Voila qui explique l'acharnement des gouvernements "Satanistes" contre Alter Info et divers autres sites.

Le but du jeu est d'apprendre à les démasquer en reconnaissant leur empreinte, leur "signature".

Ils agissent en effet toujours sous les mêmes procédés, c'est à dire botter en touche, critiquer violemment sans aucune base d'argumentation crédible, et quand vous leur répondez, ils ne chercheront pas à tenir compte de vos propos dans leurs réponses, mais chercheront toujours à discréditer ce que vous dites sans aucune base crédible. Ils agissent également par la peur et la menace afin d'éloigner les plus fragiles.

Leur but est toujours de susciter le doute même quand l'information est à la fois vérifiable dans les faits et par la logique des enchaînements des événements.

Ne vous inquiétez donc pas, leurs tentatives ne seront que vaines, car vous reconnaitrez aisément leur style et leurs arguments calqués sur les documents de propagandes que leur fournissent les divers services secrets, me vous étonnez donc pas qu'ils soient incapable de rebondir intelligemment sur vos arguments.

Il est parfois bon de les signaler, afin d'avertir les lecteurs inattentifs, mais cela serait trop d'honneur pour eux de débattre avec eux d'égal à égal. Le libre penseur n'étant pas l'égale de l'esclave Sataniste, tout juste bon à recracher les mensonges qu'on lui inculque.



Selon un article récemment révélé écrit par Sunstein pour le Journal of Political Philosophy , le Professeur de Droit à Harvard, Cass Sunstein, nommé par Obama pour diriger le Office of Information and Regulatory Affairs, a décrit un plan pour que le gouvernement infiltre les groupes conspirationnistes dans le but de saper leur travail en postant des commentaires sur les chats et les réseaux sociaux, mais aussi infiltrer de vraies réunions.

Comme nous avons souvent averti, les chats, les réseaux sociaux et en particulier les sections de commentaires des articles sont habituellement « animés » par des trolls, beaucoup d’entre eux se posent comme des intervenants normaux afin de créer un faux consensus, essayant systématiquement de discréditer toutes les informations discutées, indépendamment que l’information soit crédible et bien documentée. Nous avons constaté ceci sur nos propres sites Web depuis des années et bien que certains de ces individus disent faire cela pour leur propre plaisir, un nombre significatif d’entre eux semblent être rémunérés pour cela dans le cadre d’un vrai emploi, postant systématiquement les mêmes sujets de discussion maintes et maintes fois.

C'est un fait fermement établi que le complexe militaro-industriel qui possède également les réseaux de médias aux Etats-Unis a de nombreux programmes destinés à infiltrer les principaux sites Internet alternatifs pour répandre leurs propagandes afin de discréditer la vérité concernant les méfaits du gouvernement et l’occupation en Irak et en Afghanistan.

En 2006, CENTCOM, le Commandement Central des Etats-Unis, a annoncée qu'une équipe d'employés serait recrutés pour engager des « bloggers qui postent des informations imprécises ou inexactes, mais aussi ceux qui postent des informations incomplètes », au sujet de la soi-disant guerre contre le terrorisme. [1]

En Mai 2008, il a été révélé que le Pentagone a augmenté ses « opérations informatives » sur Internet en installant de faux sites Web étrangers d’information, conçus pour ressembler aux sources de médias alternatifs, mais diffusant en réalité de la propagande militaire directe. [2]

Des pays comme Israël ont également admis avoir créé une armée de trolls en ligne dont le travail est d'infiltrer les sites Web pacifistes et d'agir en tant qu’apologistes pour les crimes de guerre de l'Etat Sioniste. [3]

En Janvier de l'année dernière, l'Armée de l'Air US a annoncé la mise en place d’un plan de réponse « anti-blog » dont le rôle est de répondre au pied levé et de réagir au matériel produit par les bloggers qui ont « des avis négatifs au sujet du gouvernement US et de l'Armée de l'Air. » [4]

Le plan, créé par le branche des relations publiques de l'Armée de l'Air, comporte un organigramme en 12 points d’« anti-blogging », qui détaille comment les officiers doivent aborder ceux qui sont décrits comme étant des « trolls, » des « ragés, » et les auteurs en ligne « mal orientés ».

De nouvelles révélations accentuent le fait que l'administration Obama vise délibérément « les groupes conspirationnistes » dans le but de réduire au silence ces personnes qui sont devenues les plus violents et influents critiques des gouvernements.

Dans un article publié en 2008 dans le Journal of Political Philosophy, le tsar de l'information d'Obama, Cass Sunstein, a décrit un plan pour que le gouvernement infiltre furtivement les groupes qui posent des théories alternatives sur des événements historiques par l'intermédiaire des « chats, des réseaux sociaux en ligne, ou même des groupes physiques afin de saper » ces groupes. [5]

Le but du programme serait « de briser le noyau dur d’extrémistes qui fournissent des théories de conspiration, » a écrit Sunstein, en faisant une référence particulière aux organismes pour la vérité sur le 9/11.

Sunstein a précisé qu’avoir simplement des gens dans le gouvernement pour réfuter ces théories conspirationnistes ne fonctionne pas, car ils sont en soi peu fiables, ce qui rend nécessaire « d’enrôler des fonctionnaires non gouvernementaux dans l'effort de réfuter ces théories. Ainsi le recours à des experts indépendants crédibles pourrait permettre de réfuter ces théories, plutôt que d’utiliser des fonctionnaires du gouvernement.
Cependant, Il y a une différence entre être crédible et avoir le contrôle.
Le prix de la crédibilité est que le gouvernement ne peut pas être vu comme contrôlant les experts indépendants, » a-t-il écrit.

« Dit en anglais, ce Sunstein propose est une infiltration par le gouvernement des groupes s'opposant à la politique actuelle, » écrit Marc Estrin. [6]

« Il est facile de détruire des groupes avec une « diversité cognitive. « Vous prenez juste le temps de tenir des réunions pour trouver des arguments que les gens ne contesteront pas. Vous faites des signes de protestation qui aliènent 90% des collègues. Vous suscitez la violence révolutionnaire auprès des groupes pacifistes. »

Voila ce qui Sunstein préconise quand il écrit sur la nécessité d'infiltrer les groupes de conspiration et de susciter la méfiance parmi les membres afin d'étouffer le nombre de nouvelles recrues. C'est un modèle classique d’infiltration par la « provocation » qui émane du programme du FBI entre 1956 et 1971, focalisé autour de la perturbation, marginalisation et la neutralisation des dissidents politiques. [7]

« Sunstein a argumenté que « le gouvernement pourrait entreprendre une tactique (légale) pour briser le petit groupe de penseurs qui alimentent les théories extrémistes. » Il a suggéré que des « agents du gouvernement (et leurs alliés) aillent sur les chats, les réseaux sociaux en ligne, ou même dans des groupes physiques pour tenter de saper les théories de conspiration, en soulevant le doute sur les faits, la logique et les implications sur l'action politique, » rapporte Raw Story. [8]

Sunstein a également appelé à la création de sites Web fiables pour poster des commentaires en réponse aux articles. Son livre, « On Rumors : How Falsehoods Spread, Why We Believe Them, What Can Be Done » (sur des rumeurs :
Comment le faux se répand, pourquoi nous les croyons, ce qui peut être fait), a été critiqués par certains comme étant un « modèle pour la censure en ligne. »

Le bureau d'Infowars a été visité à de nombreuses occasions par le FBI en raison de personnes signalant des commentaires violents en réponse aux articles. Depuis, le gouvernement emploie maintenant des personnes pour signaler de tels commentaires afin d'essayer de saper ces sites Web conspirationnistes, et si une loi passait, cela permettrait de rendre ces sites Web pour responsables, le programme de Sunstein permettrait au gouvernement d’effacer tout simplement l’indexation de ces sites Web, simplement en utilisant contre eux les menaces faites par ces crétins contre des personnalités publiques.

Le fait que le gouvernement soit forcé d'engager des armées de trolls dans un effort de faire taire la vérité montre à quel point ils s’inquiètent des effets produits en réveillant des millions de personnes de leur tyrannie.

lien de l'article original:
http://www.propagandamatrix.com/articles/january2010/011410_infiltrate_conspiracy.htm

[1] :http://www.rawstory.com/news/2006/Raw_obtains_CENTCOM_email_to_bloggers_1016.html
[2] : http://infowars.net/articles/may2008/010507Pentagon.htm

[3] :
http://www.prisonplanet.com/israel-recruits-army-of-bloggers-to-troll-anti-war-websites.html

[4] : http://www.infowars.net/articles/january2009/090109bloggers.htm

[5] : http://papers.ssrn.com/sol3/papers.cfm?abstract_id=1084585

[6] :
http://theragblog.blogspot.com/2010/01/got-fascism-obama-advisor-promotes.html

[7] : http://en.wikipedia.org/wiki/COINTELPRO

[8] : http://rawstory.com/2010/01/obama-staffer-infiltration-911-groups/

Lien de l'article: http://www.alterinfo.net/USA-Israel-Infiltration-des-sites-Web-d-information-alternatifs-par-les-agents-Sionistes_a41487.html
 
vendredi 15 janvier 2010
 
Propagande et désinformation à l’israélienne (I)


mercredi 13 janvier 2010, par Alain Gresh



Je signalais, dans un précédent envoi, cet article de Serge Dumont dans le quotidien suisse Le Temps (8 janvier) : « Israël muscle sa riposte sur le Net ». On y lisait notamment : « Peu après la fin de l’opération “Plomb durci” (l’invasion de la bande de Gaza en janvier dernier), Tzipi Livni, alors ministre des Affaires étrangères dans le gouvernement d’Ehoud Olmert, a rapidement pris conscience de l’ampleur de la vague de protestations soulevée par la destruction massive des infrastructures civiles palestiniennes. Elle a alors autorisé son département à recruter des jeunes fans d’informatique pratiquant parfaitement une ou plusieurs langues étrangères afin de répondre aux critiques qui fusaient dans les blogs ainsi que dans le courrier électronique des grands journaux européens et américains. »

Au-delà, c’est toute une entreprise de propagande qui se met en place à partir d’Israël. Et elle se traduit par un manuel diffusé par The Israel Project, une officine de désinformation très professionnelle, et dont l’exergue est : « Pour la liberté, la sécurité et la paix » – celle des Israéliens, bien sûr, et d’eux seuls. Ce manuel s’intitule The Israel Project’s 2009. Global Language Dictionary (PDF) et est destiné à la propagande aux Etats-Unis, mais ses « règles » s’appliquent sans doute ailleurs.

C’est un document d’une centaine de pages, divisé en dix-huit chapitres. Curieusement, il porte la mention « interdit à la distribution et à la publication ». Il semble que ce texte n’était donc pas destiné à être diffusé largement.

Le premier chapitre s’intitule « 25 règles pour une communication efficace ». Règle n° 1, « manifester de l’empathie pour les deux parties ! Le but de la communications pro-Israël ne vise pas seulement les gens qui aiment déjà Israël. Le but est de gagner de nouveaux cœurs et les esprits d’Israël, sans perdre le soutien qu’Israël a déjà. Pour ce faire, vous devez comprendre que le cadre à partir duquel la plupart des Américains voient Israël est un “cycle de violence qui dure depuis des milliers d’années”. Ainsi, vous avez à désarmer leurs soupçons. (...) La première étape est de montrer que vous voulez la paix A LA FOIS pour les Israéliens et les Palestiniens, et notamment pour les enfants. (...) Et il faut ouvrir vos propos par l’affirmation que Israël veut un meilleur futur à la fois pour les Israéliens et les Palestiniens. (...) Si, au centre de votre communication, vous montrez du doigt en disant “Israël a raison, ils ont tort”, vous perdrez plus que vous ne gagnerez ».

Règle n° 6 : « Soyez attentif à votre ton. Un ton protecteur, paternaliste, détournera les Américains et les Européens. Nous sommes à un moment dans l’histoire où les Juifs en général (et les Israéliens en particulier) ne sont plus perçus comme le peuple persécuté. En fait, dans le public américain et européen – le public sophistiqué, éduqué, aux idées arrêtées, non-juif –, les Israéliens sont souvent considérés comme les occupants et les agresseurs. Dans ce cadre, il est essentiel pour les messages de porte-parole pro-israéliens de ne pas apparaître comme hautains ou condescendants. »

Et, le texte donne, comme pour chaque règle, « les mots qui ne marchent pas » :

« “Nous sommes prêts à leur permettre de construire”... Les Israéliens ne peuvent pas “autoriser” les Palestiniens à aller de l’avant. Ils ne peuvent pas “permettre” ou “contrôler” ou “ordonner” aux Palestiniens d’établir un commerce, un transport, ou un gouvernement. Si les Palestiniens sont à considérer comme un partenaire de confiance sur la voie de la paix, ils ne doivent pas être subordonnées, dans la perception ou dans la pratique, par les Israéliens. (...) »

Règle n° 10. « Tracer un parallèle entre Israël et les Etats-Unis, y compris la nécessité de combattre le terrorisme. (...) Le langage d’Israël est celui de l’Amérique : démocratie, liberté, sécurité et paix. » Les Palestiniens, les Irakiens et les Afghans, parmi d’autres, sont payés pour le savoir.

Règle n° 11. « Ne parlez pas de religion. Les Américains qui considèrent la Bible comme document de référence sur les affaires étrangères sont déjà partisans d’Israël. Les fondamentalistes religieux sont tout acquis à Israël (« Israel’s Amen Choir ») et ils représentent environ un quart du public américain, et les amis les plus solides d’Israël dans le monde. Toutefois, certains de ceux qui sont les plus susceptibles de croire qu’Israël est un Etat religieux sont les plus hostiles à Israël (“ils sont tout aussi extrémistes que les pays arabes qu’ils critiquent”). Malheureusement, presque toute discussion sur la religion ne fera que renforcer cette perception. Par conséquent, même la mention du mot “juif” dans le contexte d’Israël va déclencher une réaction négative – et la défense d’Israël comme un “Etat juif” ou “Etat sioniste” sera mal reçue. (...) »

Règle n° 15. Utiliser des questions rhétoriques.

En voici quelques exemples :

« - “Comment puis-je faire la paix avec un gouvernement qui veut ma mort ?”
- “Comment puis-je faire la paix avec une population à qui sont enseignés ces mots - haïr les Juifs, pas seulement des Israéliens - dès sa naissance ? »

« Règle 17. K.I.S.S. (Keep It Simple, Stupid) et répétez encore et encore. Une règle essentielle de la communication réussie est “Keep It Simple, Stupid” (faites simple). Une communication réussie ne consiste pas à réciter chaque fait de la longue histoire de conflit israélo-arabe, mais à pointer quelques principes de base sur des valeurs partagées comme la démocratie et la liberté et à les répéter encore et encore. »

« Règle n° 21. Concédez un point. Recherchez des occasions dans chaque débat télévisé ou interview de concéder un point au journaliste ou à la personne avec laquelle vous débattez. Le point est de ne pas de miner l’une des bases essentielles de la politique étrangère d’Israël. Mais les simples mots “vous avez un bon argument” font merveille auprès d’un public »

Et, pour terminer le tout, l’inévitable référence à l’holocauste et à la nécessité qu’il ne se reproduise pas...

Le chapitre 2 est consacré aux mots et les phrases qu’il faut utiliser, c’est un régal...

« “Tirer délibérément des roquettes sur des communautés civiles” : Combinez le motif terroriste avec la vision de civils et vous avez la parfaite illustration de ce à quoi Israël fait face à Gaza et au Liban. A utiliser en particulier en ce qui concerne les tirs de roquettes, mais aussi utile pour tout type d’attaque terroriste, “délibéré” est le mot juste à utiliser pour rappeler l’intention derrière derrière les attentats. Ceci est beaucoup plus fort que de décrire les attentats comme “aveugles”.

“Diplomatie économique” : beaucoup plus global et plus populaire que le terme de “sanctions”. »

(...)

« “Humaniser les roquettes”. Peindre une image vivante de ce qu’est la vie dans les communautés israéliennes qui sont vulnérables aux attaques. Oui, vous pouvez citer le nombre d’attaques à la roquette qui ont eu lieu. Mais faire suivre ceci immédiatement par la description du voyage nocturne vers l’abri souterrain.

“Si ... Si ... Si ... Alors” : Faites porter au Hamas la responsabilité du premier pas pour la paix par l’utilisation du “si” (et n’oubliez pas de terminer avec un clair “alors”, pour montrer qu’Israël est un partenaire pour la paix). “Si le Hamas se réforme... Si le Hamas reconnaît notre droit à exister... Si le Hamas renonce au terrorisme... Si le Hamas soutient les accords de paix internationaux... alors nous sommes disposés à faire la paix aujourd’hui.” » (...)

« “L’islam militant” : Ceci est le meilleur terme pour décrire le mouvement terroriste. Evitez les termes comme “islamo-fascisme” qui rappellent la période Bush. » (...)

« “Personne ne doit être obligé de quitter sa maison” : Ceci est la phrase la plus gagnante dans le lexique qui concerne les colonies de peuplement. Utiliser le principe de “mutuel” pour expliquer que, tout comme les Israéliens arabes ne devraient pas quitter leurs maisons en Israël, les juifs d’un nouvel Etat palestinien doivent être autorisés à rester dans leurs maisons, eux aussi.

“Une étape à la fois, une journée à la fois” : Il est essentiel de réduire les attentes et de réduire la pression sur Israël pour qu’il se précipite dans un accord qui soit n’est pas dans son intérêt, soit met en danger sa sécurité. Le principe “un pas à la fois” sera accepté comme une approche de bon sens dans la mise en œuvre du principe de l’échange des territoires contre la paix. » Je reviendrai dans un autre envoi sur d’autres aspects de ce document.

Alain Gresh

 
mercredi 13 janvier 2010
 
Economie

Etats-Unis: Six millions de personnes n’ont que les coupons alimentaires pour seul revenu




Jerry White
Mercredi 13 Janvier 2010

Etats-Unis: Six millions de personnes n’ont que les coupons alimentaires pour seul revenu

Selon une analyse des statistiques gouvernementales par le New York Times, quelque six millions d’Américains, soit une personne sur 50 aux Etats-Unis, ne vivent qu’avec un revenu de 100 ou 200 dollars par mois en coupons alimentaires. Le quotidien a publié que le nombre de personnes ayant rapporté être au chômage sans aucune aide financière (ni aide sociale, assurance-emploi, pension de retraite, pension alimentaire ou prestation d’invalidité) a explosé de 50 pour cent au cours des deux dernières années, au moment où s’installait la récession.
D’après l’article paru le 3 janvier, le nombre de personnes ayant rapporté être sans revenu durant les deux dernières années a triplé au Nevada, doublé en Floride et à New York et augmenté de près de 90 pour cent au Minnesota et en Utah. Dans le comté de Wayne au Michigan, qui comprend la ville de Détroit, où la moitié de la population est sans emploi ou sous-employée, un résident sur 25 dit n’avoir qu’un revenu de coupons alimentaires. Dans le comté de Yakima à Washington, cette situation touche une personne sur 17.
Ces statistiques révèlent l’ampleur de la souffrance humaine aux Etats-Unis au début de la nouvelle décennie et viennent contredire ceux qui osent parler de « reprise » économique. Les 6 millions de personnes, dont 1,2 million d’enfants, de ménages ne rapportant aucun revenu équivalent à la population entière de l’Indiana ou du Massachusetts, ou les populations combinées de Los Angeles, Philadelphie et Boston.
Une telle catastrophe sociale met en évidence l’indifférence de l’administration Obama, qui n’a essentiellement rien fait pour venir en aide à ceux qui ont perdu leurs emplois, leurs maisons et leurs gagne-pain, tandis qu’aucune dépense n’était trop élevée pour préserver les fortunes de l’élite financière et financer ses guerres.
Le nombre de personnes sans revenu est en augmentation constante depuis 1996, lorsque le président démocrate Bill Clinton et le Congrès républicain ont mis un terme au droit universel à l’aide sociale qui faisait partie du programme fédéral d’aide depuis sa création dans les années 1930. Jurant de « mettre un terme au cycle de dépendance », les démocrates et les républicains ont imposé des limites sur les prestations, ont radicalement réduit les niveaux d’aide financière et ont imposé diverses procédures d’allocations conditionnelles.
Malgré le besoin accru d’aide, Obama s’est opposé à tout financement supplémentaire de ce qui reste du programme d’aide sociale. Par rapport à leur sommet dans les années 1990, les listes de prestataires d’aide sociale ont été réduites de près de 75 pour cent, rapporte le Times.
« Parmi ceux qui auraient reçu de l’aide financière dans les récessions passées, nombreux sont ceux qui n’en reçoivent pas maintenant », a confié Judy Putnam, porte-parole de la Ligue pour les services à la personne du Michigan, au World Socialist Web Site. « Un tiers seulement des enfants du pays qui vivent dans la pauvreté obtiennent de l’aide par rapport à deux tiers avant la « réforme de l’aide sociale » en 1996. La population du Michigan est fortement dépendante des coupons alimentaires. »
Tandis que les prestations d’assurance-emploi ne couvrent que la moitié des chômeurs, les coupons alimentaires (qui offrent en moyenne 1 $ par repas par personne, ou environ 100 $ par personne par mois pour les individus ou les familles ayant un revenu jusqu’à 130 pour cent du seuil de pauvreté officiel) sont devenus le filet social de dernier recours. Un nombre record de 36 millions de personnes — une personne sur huit et un enfant sur quatre — dépendent maintenant du programme de coupons alimentaires. Le Programme d’aide alimentaire SNAP (Supplemental Nutrition Assistance Program) couvre 20 000 personnes de plus chaque jour, mais il ne viendrait toujours en aide qu’aux deux tiers des gens admissibles.
Une précédente étude du Times révélait qu’il existe plus des 200 comtés américains où le recours aux coupons alimentaires a grimpé d’au moins deux tiers. Cela comprend le comté de Riverside en Californie, la majeure partie de l’agglomération de Phoenix et de Las Vegas, les banlieues d’Atlanta et une bande de 240 kilomètres du sud-ouest de la Floride s’étendant de Bradenton jusqu’aux Everglades. L’étude révélait aussi qu’il y a plus de 800 comtés où les coupons alimentaires nourrissent un tiers de tous les enfants.
Vers la fin de l’année dernière, des chercheurs à l’Université Washington de Saint-Louis ont publié une étude montrant que 50 pour cent de tous les enfants et 90 pour cent des enfants afro-américains vont recevoir des coupons alimentaires à un moment ou à un autre avant leur 20e anniversaire. « Plutôt que d’être une période de sécurité », a dit Mark Rank, détenteur d’un doctorat et un des auteurs de l’étude, « l’enfance est une période, pour plusieurs enfants américains, de risques, de difficultés et de bouleversements. »
Le reportage du Times du 3 janvier se concentrait sur la Floride, où le nombre de gens sans revenu, excepté les coupons alimentaires, a doublé en deux ans et a plus que triplé le long de la côte du sud-ouest, où une forte croissance du logement a tourné en une banqueroute de maisons abandonnées et saisies. Selon des données du gouvernement, les personnes sans revenus étaient également divisées entre les familles avec enfants et les individus vivant seuls. Divers groupes sociaux étaient touchés : environ 42 pour cent étaient blancs, 32 pour cent noirs, 22 pour cent latinos. Les personnes de race blanche faisaient partie du segment croissant le plus rapidement pendant la récession.
Cette descente dans la destitution a affecté de larges couches de la population. L’article du Times a cité une mère de deux enfants, Isabel Bermudez, qui est partie d’un développement immobilier dans le Bronx pour aller vendre de l’immobilier en Floride. Jouissant auparavant d’un salaire à six chiffres, d’une maison avec une piscine et des immeubles de placement, elle a perdu son emploi et sa maison et a épuisé ses prestations de chômage. Le seul revenu de Mme Bermudez est maintenant de 320$ et provient des coupons alimentaires. « Je suis partie d’un salaire de 180 000$ pour me retrouver sur les coupons alimentaires, » a-t-elle dit au journal, ajoutant que sans le programme, elle ne pourrait pas nourrir ses enfants.
Le recours croissant à de maigres prestations de coupons alimentaires expose l’absence de tout ce qui pourrait vraiment être appelé un filet de sécurité sociale aux Etats-Unis. La situation ne va qu’empirer, alors que les démocrates, tout comme les républicains, se préparent à couper dans ce qui reste des programmes subventionnés par l’Etat dans le but de payer de milliers de milliards de dollars pour le sauvetage de Wall Street et l’expansion de l’action militaire américaine partout dans le monde.
Le thème du discours d’Obama sur l’Etat de l’union, attendu tôt le mois prochain, sera une réduction à long terme du déficit et davantage de demandes pour que le peuple américain réduise ses dépenses. La Maison-Blanche appuie une commission bipartite qui recommandera des coupes majeures dans les programmes sociaux fondamentaux accompagnés de taxes régressives à la consommation. Quant au directeur du budget d’Obama, Peter Orszag, il a dit que l’administration prendra des mesures pour réduire le déficit dans le budget prévu en février. De telles actions vont jeter des millions de personnes de plus dans la pauvreté.
La crise sociale à laquelle font face les travailleurs — des niveaux de chômage équivalant à une dépression, des saisies de maison, la montée de la faim, de la pauvreté et de l’itinérance — est l’expression la plus crue de l’échec du capitalisme, un système économique qui profite à une minorité riche aux dépens de la vaste majorité.
Au milieu d’une situation qui se dégrade pour la classe ouvrière, il a été rapporté la semaine dernière que les trois banques les plus importantes — Goldman Sachs, JPMorgan Chase et Morgan Stanley —qui ont reçu des dizaines de milliards en fonds publics sous le Plan de sauvetage des actifs à risque —vont recevoir 49,5 $ milliards en bonus de fin d’année et en récompenses reliées aux actions. Somme toute, les banques américaines vont dépenser environ 200 $ milliards en compensation totale.
L’administration Obama poursuit et accélère le transfert de l’argent des poches des travailleurs à ceux qui sont responsables d’avoir précipité la pire crise économique depuis la Grande Dépression.
Près d’un an après son investiture, le président Obama a démontré qu’il n’est rien d’autre qu’un outil de l’oligarchie financière. Le véritable futur de la classe ouvrière dépend du développement d’un mouvement socialiste de masse contre son administration, les deux partis de la grande entreprise et le système de profit qu’ils défendent.
 
dimanche 10 janvier 2010
 
Le Nigérien à la Bombinette, par Mireille Delamarre

Hoggar

Une opération sous faux pavillon pour une nouvelle guerre d’agression US… au Yémen ?

Des similitudes avec le cas Reid des inconsistances dans cette affaire remettent en cause la version officielle simpliste colportée par les médias serviles. Obama a besoin de justifier sa prochaine guerre… au Yémen. Cette opération sous faux pavillon tomberait donc à pic. Explications

Du déjà vu

Souvenez vous le 22 décembre 2001, Richard Reid l’homme à la chaussure bourrée d’explosifs était arrêté pour avoir tenté selon les autorités officielles de faire sauter un avion de l’American Air Lines, le vol 63 venant de Paris à destination de Miami. Cette fois, à Noël, huit ans plus tard, Umar Farouk Abdul Mutallab, un Nigérien de 23 ans, a lui essayé de faire sauter un avion américain de la Cie Northwest Airlines le vol 253, reliant Amsterdam à Détroit aux USA.

Tous deux ont utilisé le même type d’explosif le PETN (pentaerythritol) ont été maîtrisés par des passagers des vols qu’ils étaient supposés faire exploser, et dans les deux cas également, les autorités responsables de la sécurité aéroportuaire en ont profité pour resserrer les contrôles des passagers. Dans le cas de Reid, l’obligation d’enlever ses chaussures et autres mesures de fouilles approfondies, et dans le cas d’Umar, interdiction de se lever pendant une heure avant l’atterrissage et d’autres restrictions aux libertés de mouvement à venir.

Autre similitude entre l’affaire Reid et celle d’Umar, l’environnement politique particulièrement volatile. Pour Reid cela s’est passé juste après les attaques du 11 Septembre à New York alors que l’Administration Bush se préparait déjà depuis plusieurs mois à attaquer et occuper l’Afghanistan et l’Irak. Dans le cas d’Umar, le moment est lui aussi politiquement sensible puisqu’ Obama vient de lancer une grande offensive en Afghanistan avec de larges débordements au Pakistan, a ordonné récemment à l’aviation américaine « d’aider » les forces armées du gouvernement yéménite à bombarder de soit disant repères de « terroristes » d’Al Qaeda, où, selon ce que colportent les médias pro guerre, Umar aurait reçu un « entraînement » dans l’utilisation d’explosifs.

Le fiasco de sa tentative pour allumer ce que les passagers du vol 253 ont eux-mêmes qualifié de «pétard », semble démontrer soit que ce type d’ « entraînement » n’est pas sérieux, soit en fait que cette histoire d’ »entraînement » au Yémen est tout simplement bidon. Reid n’avait pas réussi lui non plus à faire détonner ses explosifs placés dans sa chaussure.

L’affaire Umar, des inconsistances évoquant une opération sous faux pavillon.

Le père d’Umar, le Dr Umaru Mutallah, l’un des plus importants banquiers nigérien, ancien ministre de l’économie du Niger, a contacté l’ambassade US et rencontré des responsables de la CIA de même que des hauts fonctionnaires de l’agence des services de renseignement de son pays et les a prévenu que son fils représentait un danger. Alors pourquoi Umar a –t-il été autorisé à monter à bord d’un avion en partance pour les US. Les autorités américaines disent qu’il était dans une banque de données d’individus surveillés mais pas sur la liste de ceux interdits de vol malgré les alertes de son père.

Autre inconsistance : Umar qui n’avait pas de passeport a pu prendre le vol 253, dans des circonstances pas claires du tout. Un passager de ce vol, Kurt Haskell, a livré un témoignage des plus accablants sur la manière dont Umar a pu monter à bord de cet appareil.

« J’étais à proximité du terroriste quand il a été contrôlé à l’aéroport d’Amsterdam tôt à Noël. Ma femme et moi-même nous jouions aux cartes directement devant le bureau d’enregistrement. C’est ce que j’ai vu (et j’ai fait cette déclaration au FBI quand nous avons été retenus à la douane) :

« un homme d’Inde bien habillé d’environ 50 ans s’est approché du bureau d’enregistrement avec le terroriste et a dit « cet homme a besoin de monter à bord de ce vol et il n’a pas de passeport » Les deux hommes formaient un couple bizarre, le terroriste un homme petit noir qui semblait être très pauvre et avoir environ 17 ans (bien que je pense qu’il ait 23 ans il ne les fait pas). Cela ne m’est pas venu à l’esprit que c’était des terroristes, seulement qu’ils formaient un couple bizarre. Le contrôleur de billet a dit « vous ne pouvez pas monter à bord sans passeport ». L’indien a alors répondu, « il vient du Soudan, nous faisons cela tout le temps. » Je ne peux que conclure de cela qu’il est difficile d’obtenir des passeports au Soudan et que c’était en quelque sorte un stratagème motivé par de la sympathie. Le contrôleur de billet a alors dit : « vous devrez discuter avec mon directeur » et a envoyé les deux hommes dans le couloir. Je n’ai plu revu l’indien il n’était pas sur le vol. C’est aussi étrange que le terroriste n’ait prononcé aucune parole pendant tout cet échange. De toute façon, le terroriste à réussi à monter à bord. Je ne suis pas sûr qu’il y ait eu un pot de vin ou simplement de la sympathie de la part du directeur de la sécurité ».

Pourtant, les contrôles de sécurité à l’aéroport d’Amsterdam sont réputés très stricts les passagers sont même soumis à un interrogatoire personnel.

Autre élément troublant dans les témoignages donnés de cette tentative pour faire exploser en vol un avion américain, ce qu’a dit de Jasper Shuringa le passager qui a bondi de son siège pour maîtriser Umar et éteindre le début d’incendie :

« Il tremblait. Il n’a opposé aucune résistance. C’est tout simplement difficile de croire qu’il était entrain d’essayer de faire sauter l’avion. Il était en transe. Il avait très peur. »

Le fait qu’il n’ait pas résisté laisse planer de sérieux doutes sur ses capacités de "jihadiste" tout comme Reid d’ailleurs. Les deux semblaient présenter au moment des faits des attitudes et comportements de personnes sous l’emprise de stupéfiants..

La narration officielle simpliste faite de ces évènements et colportée complaisamment par les médias de masse commence à s’effriter alors que de nouvelles informations émergent.

Un an à peine après son investiture, Barack Obama a endossé la politique étrangère de « guerre contre le terrorisme » « guerre contre Al Qaeda » de Bush II en ce qui concerne les états que les US qualifient de «voyous » comme le Yémen et la Somalie.

Au Yémen, selon le NYT, la CIA est déjà très active depuis plus d’un an dans le cadre d’opérations clandestines et la formation d’agents gouvernementaux de contre insurrection. Dans les 18 mois à venir, le gouvernement US va dépenser 70 millions de $ pour financer le déploiement de forces spéciales US pour ces entraînements et pour équiper les forces armées yéménites soit le double de ce qui avait été dépensé auparavant.

L’administration Obama essaie de développer des relations de vassalité avec l’actuel président du Yémen, Ali Abdullah Saleh. Ce pays occupe une position stratégique dans la péninsule arabique et selon Christopher Boucek, spécialiste du Yémen à la Carnegie Endowment for International Peace à Washington «les problèmes de sécurité au Yémen ne sont pas l’affaire du seul Yémen… ce sont des problèmes régionaux et ils affectent également les intérêts occidentaux ». Autrement dit l’interventionnisme guerrier américain a trouvé une nouvelle proie : ce pays pauvre, instable, dont les dirigeants sont facilement manipulables.

Les USA se sont fait une spécialité d’attaquer ce genre de pays faible stratégiquement bien situé.

Obama peut compter sur « l’opposition » à Washington pour lui faire endosser cette nouvelle « guerre de nécessité ». Certains sénateurs faucons républicains mais aussi Joe Lieberman, un sioniste américain à l’avant-garde de toutes les initiatives guerrières des US, ont déjà exigé d’Obama qu’il lance une attaque "préventive" contre ces « nids de terroristes d’Al Qaeda » au Yémen.

Mais, l’opinion publique américaine, majoritairement contre de nouvelles guerres, n’est pas prête à accepter une nouvelle guerre de « nécessité ». Pour finir de la persuader d’échanger liberté contre fausse sécurité le totalitarisme qu’il soit le fait d’un président blanc ou noir adopte toujours les mêmes méthodes. Faire régner la terreur au besoin en montant de fausses attaques, ce que l’on appelle une opération sous faux pavillon.

L’affaire Umar - montée en épingle par des médias dont le rôle principal c’est de battre le rappel des troupes comme le fait si bien le NYT qui s’évertue à vendre à cette opinion publique américaine une attaque «préventive» contre un pays repère de « terroristes » - présente des éléments troublants qui font penser à ce genre d'opération.

Mireille Delamarre
28 décembre 2009


Source: Planete Non Violence
http://www.planetenonviolence.org/Le-Nigerien-A-La-Bombinette-Une-Operation-Sous-Faux-Pavillon-Pour-Une-Nouvelle-Guerre-D-Agression-US-Au-Yemen_a2087.html
 
vendredi 8 janvier 2010
 
Témoignage : le rêve américain est un cauchemar !


Le rêve américain est un cauchemar.L'Edito que nous vous proposons cette semaine vous permettra de vous faire une idée plus précise sur l'état réel des USA. Loin des clichés habituels colportés par nos médias, le témoignage de Catherine nous montre une Amérique où les inégalités n'ont jamais été aussi criantes, où la misère touche la majorité de la population, où le chômage est bien plus élevé qu'on veut le faire croire, où les grandes villes sont désertées par leurs habitants faute de pouvoir y vivre dignement, où la violence explose à cause de la pauvreté et de l'omni-présence des armes.

Si le rêve américain est une réalité pour une infime minorité, il est un cauchemar pour 90% de la population.

Lisez et vous comprendrez...

Bonjour,

Tout d'abord, je me présente : je m'appelle Catherine, j'ai 42 ans et j'habite maintenant à Ecouflant (49).

Cela fait longtemps que je lis vos forums. Je ne me suis jamais inscrite parce que... ben... intéressée mais sans compétences particulières pour prétendre apporter une quelconque contribution !
New York
Aujourd'hui, je voudrais juste témoigner... pas un avis, pas une contribution "d'experte", juste un vécu, une réalité !

En 1989, jeunes mariés, mon mari et moi décidons de "tenter notre chance" aux USA.

D'abord comme beaucoup, nous faisons des petits boulots - (Restaurants, commerces, enseignement...), - installés dans le Middle West, d'abord dans l'Iowa puis l'Indiana pour petit à petit "construire notre rêve américain" et nous installer dans l'Ohio.

Nous trouvons alors un boulot "sérieux" en 1994 dans une des "real-estate" les plus importantes du coin - (une compagnie d'assurances-agence-immobilière, Sibcy-Cline pour ne pas la citer), - lui à terme, en tant que "Account Executive" - Insurance Services - (comprenez en gros "agent d'assurance" sur les maisons vendues) et moi en tant que "Realtor" - (comprenez en gros "agent immobilier").

TRES bien installés, "rêve américain acquis", argent facile et sans compter... nous obtenons la nationalité américaine en 1998.

2 enfants naissent alors - (aujourd'hui âgés de 9 et 6 ans), - de nationalité américaine et HEUREUSEMENT aussi française, mais uniquement parce que mon mari a insisté, à l'époque, pour que nous fassions le nécessaire pour cela.

90% des américains n'arrivent plus à vivre !Très honnêtement, si cela n'avait tenu qu'à moi, ils n'auraient été "que" américains parce que je ne pensais VRAIMENT pas rentrer en France, un jour. Mes enfants ne parlent d'ailleurs pas le français et ne connaissent pas la culture française... uniquement limités au virtuel et superficiel US :(

Tout ça pour dire que contraints et forcés par la crise (et là-bas le mot "crise" paraît faible), nous sommes rentrés en France il y a 2 mois... et Y RESTERONS !

Pourquoi ?

Je suis sidérée comment en Europe l'information, bien que plus exacte et plus complète qu'aux USA - (qui cherche désespérément à cacher la vérité à la population) - reste néanmoins très en-dessous de la vérité.

Actuellement, la vérité, est que les USA sont dans un état de délabrement le plus total. A l'exception de la classe la plus aisée - (et de plus en plus aisée), - soit peut-être 10 ou 15 % de la population, le reste est en débacle sociale et économique.

Des millions de personnes sont ou vont être sans ressources ni abri !
La crise des subprimes met des millions d'américains à la rue.
Certaines villes sont désertées à 75 % et pas des moindres. A Cleveland, par exemple, il doit rester 1/3 de la population, la ville paraît être une ville fantôme sans plus aucune activité "officielle". Phoenix en Arizona est pratiquement à vendre en quasi "totalité" comme bon nombre d'autres localités en Californie, au Nevada... Chaque jour des "convois" de voitures particulières rejoignent les campagnes sur des routes et des autoroutes qui ne sont plus entretenues depuis plusieurs années.

Les aéroports sont à peu près dans le même état - manque d'entretien... - certains vols sont annulés "par sécurité", les commandants de bord refusant de se poser sur tel ou tel aéroport... les services de la circulation aérienne "secondaires" sont de plus en plus réduits : plus d'informations météo "exactes", plus de défense des aéroports contre les oiseaux, trous dans les pistes, végétation non coupée etc... dans ce pays où prendre l'avion est une nécessité et est devenu une "banalité" depuis longtemps.

Les salaires et le chômage. Les salaires effectifs - (donnés par les entreprises aux banques) - ont été baissés de 20 à 45 % en l'espace de 3 ans et cela sans que personne ne s'en rende vraiment compte car les cartes de crédit, toujours de plus en plus nombreuses, facilement distribuées et approvisionnées et ré-approvisionnées, compensaient allégrement cette "formalité" que représente le chiffre du salaire effectif sur une feuille de paye : moins de salaire mais plus de sous... Que demande le peuple !?

Le chômage exploseLe chômage. En hausse constante depuis au moins 5 ans ! Là encore les chiffres n'ont pas d'importance aux USA. Les enfants de 14 ans qui remplacent des adultes dans les "fast-food", les garages, les commerces... aprés leur école, "gonflent" les chiffres de l'économie.

Les adultes, eux, qui vivent de "petits boulots" - (services aux particuliers sans être déclarés) - et sans être inscrits au chômage - (et pour cause, ils n'ont jamais travaillé officillement), - ne rentrent pas en compte dans les statistiques. Les "demi-adultes" - (16/18 ans) - qui travaillent officiellement dans divers services - (surtout le commerce, la prestation de service...) - 20 heures par semaine ou moins pour gagner 3 dollars de l'heure, ne rentrent pas en compte dans les statistiques non plus... pas plus que ne "comptent" les intérimaires "particuliers", les retraités qui (re)travaillent, les clandestins etc... qui font touner l'économie, qui sont "virés" du jour au lendemain, mais qui ne sont jamais chômeurs "officiels".

Aux USA, les seuls chômeurs existants officiellement sont ceux que l'on ne peut pas cacher et qui viennent des "majors" (Ford, Microsoft... et alias)

Calculs faits, aujourd'hui le taux de chômage aux USA, rapporté au chômage effectif est comparable au chiffre de 1930 ! Pas 7,2% ou 10% comme annoncé mais AU MOINS 20 % ! Sans compter les enfants et les personnes de plus de 75 ans qui sont obligés de travailler !
Cartes de crédit
Mais là encore... Quelle importance ! Chômeur ou pas, petit salaire ou pas... les cartes de crédit fonctionnent - (FONCTIONNAIENT plutôt) - à fond. Le petit salaire n'est utile et intéressant que pour l'argent de poche de l'adolescent ou pour les "menus frais" que l'on ne peut payer avec la carte de crédit ou pour les "faux-frais inavouables", ou chez certains "commerçants" de rue qui n'acceptent plus les cartes de crédit !

Moins de travaill, plus de sous... que demande le peuple ! Et de toute façon, l'Amérique est grande et puissante, elle s'en remettra et se plaindre là bas, "ça ne se fait pas". Alors on "suit la manoeuvre" et on la ferme !

L'immobilier. 80 millions - (QUATRE VINGT MILLIONS) - de maisons bâties en moins de 15 ans ! La moyenne au-dessus de $200.000 ré-évalués à leur "apogée" à $450.000 ou plus - (d'où des crédits hypothécaires faciles de plus du double de celui de la maison EN PLUS de celui de la maison) - et celà à des foyers gagnant moins de $2000 par mois !!! Au début des remboursements "aisés" puis, aidés en cela par les taux variables et la décroissance des prix de leur maison,
les primes réclamées dépassent les salaires !

La "reprise". Je ris quand je lis hier qu'une reprise des ventes de l'immobilier ancien est effective aux USA. + de 6.5% en décembre !!! J'ai l'impresssion que la nouvelle administration Obama excelle plus que toute autre dans la manipulation des statistiques (et je n'aimais pas Bush !)

Investisseurs chinoisEn fait, effectivement les maisons "anciennes" - (bâties entre 1985 et 2000... voire en construction) - se vendent mieux depuis quelques mois ... mais à qui ?

Pas à la population américaine qui continue à être saisie ou à "laisser tomber" son bien avant l'arrivée de la police... mais à des investisseurs étrangers Russes, Chinois, Français (et oui)... soit à des particuliers pour les vacances, résidences secondaires... mais surtout à des sociétés (banques...) qui attendent des jours meilleurs en achetant aujourd'hui des biens 50 ou 70% en-dessous de leur "valeur" !

Depuis l'automne 2008, les voyages organisés par des agences autrefois spécialisées dans le tourisme d'affaire, les visites d'entreprises etc... se sont reconverties dans les visites de maisons, de condo...

Des ventes accrues aussi... mais aux banques et au gouvernement US ! Et oui, elles sont en faillite les banques US mais savent reconvertir leurs saisies en location pour les personnes qui ne les payent plus... idem pour le gouvernement qui "prétexte" qu'il faut bien loger les gens... d'où, autant de maisons en moins sur le marché de la "vente officielle", ce qui fait tomber les chiffres des statistiques !

Au contraire, si on excepte ces tours de passe-passe, le nombre de "foreclosures", de "pre-forclosures", de "owners sales", les "bank owned", les "auction"... est en constante et rapide progression, touchant même maintenant la classe moyenne supérieure (un peu l'équivalent des cadres supérieurs en France).
Crise des subprimes
A celà, il faut ajouter les milliers de maisons DEJA PAYEES ou faisant partie de biens de famille, d'héritages... qui ont servi d'hypothéque à un ou plusieurs crédits à la consommation - (voitures, meubles, travaux etc...) - qui sont saisies pour honorer cette hypothéque. Certaines de ces maisons sont saisies pour le prix de la voiture, de la télé, des études des enfants, des soins médicaux... qu'elles garantissent mais SANS ENTRER dans les statistiques des agents immobiliers et du gouvernement qui ne prennent en compte que les crédits immobiliers.

Les USA sont les rois du traffic de chiffres !!!

Les retraites et le "social": Je n'ose même pas en parler tant les perspectives d'avenir sont anéanties pour la plupart des "vieux" - (en retraite ou qui le seront dans les 10 ans). - Les entreprises, gestionnaires des fonds de pension sont en faillite aprés avoir "investi" les fonds de pension ou les avoir utilisés pour essayer de limiter les dégats dans l'entreprise elle-même en faillite !

La plupart des gens ont une retraite par capitalisation sur base de rente viagère - (biens dont on estime la valeur aux yeux des futurs actifs). - Avec la chute de l'immobilier et/ou la saisie de leur bien, ils perdent 80% de leur retraite, ne leur restant plus que la part de "Social Security" soit... presque rien, 10 à 20% !

Pauvreté aux USAJe n'ose pas non plus penser à la génération actuellement scolarisée - (disons entre 15 et 25 ans). - C'est une génération virtuellement sacrifiée par le Systéme. Elle n'aura pas le temps de se faire une retraite - (en supposant qu'elle ait la possibilité de se trouver un emploi) - ni de capitaliser quoi que ce soit.

Les étudiants : Les étudiants laissent tomber leurs études contraints ou forcés, aprés 1, 2 ou 3 ans ou avant la fin de leurs études, faute de pouvoir payer les premières primes de leur prêt étudiant pourtant "garanti" pour une scolarité longue de 7... 10 ans... mais qu'ils devront quand même rembourser "à fond" sur 15 ou 20 ans dès qu'ils auront trouvé un petit job !

Les universités d'abord privées puis d'état... - car celles-ci sont en faillite AUSSI !,- ferment les unes aprés les autres ou limitent leurs inscriptions aux plus favorisés aprés avoir limité les embauches de profs, les investissements.

Maintenant les "schools", les "academies", les "colleges" sont touchés. Des ados ne sont plus scolarisés ou le sont partiellement.

Dans 10 ans, les USA seront en pénurie d'ingénieurs, de médecins... si ce n'est déjà le cas !
Soins médicaux interdits aux pauvres
Je n'ose pas non plus parler du "Medic" ! Les soins sont hors de portée de la classe "basse" - (bien sûr) - mais moyenne et aussi maintenant "moyenne supérieure" !

Les enfants scolarisés au-dessus de la "high", ne sont plus pour la plupart, pris en charge sur l'assurance de leurs parents et doivent faire l'objet d'une assurance particulière, plus chère encore que celle de leurs parents parce qu'ils ne travaillent pas et n'ont pas de biens propres !

Des personnes PAR CENTAINES meurent tous les jours faute de soins aux USA et on ne le sait ou on ne le dit pas !

Des personnes, des enfants... qui pourraient être soignés ou guéris ne le sont pas faute de $... ou parce que les hopitaux, les soignants refusent maintenant les cartes de crédit, n'ayant plus confiance aux banques et au système financier.

Là aussi, la plupart du temps, les assurances sont indexées sur la valeur des biens : perte de biens ou biens dont la valeur décroît = plus d'assurance ou assurance plus chère !

La liste est longue et ma description bien que paraîssant "catastrophique" n'en reflète pas pour autant la limite. La REALITE est bien pire encore aux USA, le "premier" pays de la planète. J'y ai vécu, j'ai été une "green-card" et une américaine convaincue de vivre dans le plus beau pays du monde !

Médias menteursJ'en suis revenue, non pas "déçue" - (enfin quand même un peu) - mais surtout EN COLERE après moi-même d'être rentrée ainsi dans un Système trop beau pour être vrai et surtout d'y avoir placé mes enfants.

Les USA sont un "eden virtuel". Un endroit où les habitants sont manipulés par le Système qui les "empêche" par la facilité qu'il procure - (procurait plutôt car tout est bel et bien fini) - de se rendre compte des réalités.

C'est comme une grande secte où le gourou-crédit décide de tout mais en vous donnant l'impression de décider vous-même, en vous ôtant tous "soucis", toute difficulté financière pour peu que vous ayez accés à la carte à puce miraculeuse - et 85% de la population y a accés... suffit d'ouvrir sa boîte à lettre le matin pour en avoir une nouvelle, une de plus !

Ils sont un "eden virtuel" placé sous le signe de la religion, du "tout beau, tout gentil"... mais où les sheriffs tirent dans le dos des délinquants (surtout s'ils ne sont pas blancs ou propres sur eux) et où les gosses se promènent dans les écoles avec des couteaux ou des armes !

Une religion omni-présente qui décide en couvert, même de la politique, du social, des "communities"... mais qui, lorsque les gens sont en difficulté et qu'ils ne peuvent plus sortir leur carte de crédit... ne se montre pas ou les rejette du Système.

Je vais arrêter là en ajoutant simplement qu'à la différence de - (peut-être) - 200 millions de personnes aux USA, j'ai la chance d'avoir une autre nationalité !
Douce France...
Aujourd'hui je suis fière et CONTENTE d'être française et je peux affirmer qu'il faut vivre hors de France pour comprendre la beauté de ce pays et les avantages de son système social et aussi des "avantages" de la mentalité du français moyen...

Râleur, bougon, pas forcément "propre sur lui", poli et tout beau tout gentil... mais ô combien solidaire et franc quand "ça va mal" ! UN système certainement "imparfait" ou perfectible mais ô combien "rassurant" quand on a connu celui du "premier pays" !

Aux USA, la Louisiane et ses décombres n'ont reçu AUCUNE aide du gouvernement ou des autres états. La Californie en feu, brûle dans l'indifférence de tous...

En France, une tempête à Maubeuge ou à Bordeaux et c'est le pays entier qui se mobilise y compris les DOM-TOM !

Merci de m'avoir lue !


S.M.N. Lundi 2 Février 2009
Source : http://miltondassier.over-blog.com/article-27318959.html



Note de la rédaction :

Malheureusement, notre situation n'est pas très différente des Etats-Unis. L'accession au pouvoir de "Sarko l'américain" a accéléré les inégalités, aggravé le chômage et contribué à ruiner notre pays encore davantage qu'il ne l'était déjà.

Malgré l'état dramatique de nos finances, notre vénéré Président a jugé utile de s'accorder une petite augmentation : + 170%. Les fins de mois difficiles ce n'est pas pour lui... mais pour le peuple qui lui, doit travailler plus pour gagner moins... Le luxueux train de vie de l'Etat ne supporte pas les restrictions... Les restrictions et les sacrifices c'est pour nous...

Nous sommes dans une République bananière où ceux que nous avons élus nous volent et nous trahissent en votant des lois toujours plus liberticides. Ils réduisent nos libertés de peur que les citoyens ne se révoltent quand ils réaliseront le merdier dans lequel on l'a entrainé au nom de l'économie de marché mondialisé et du libéralisme sauvage.

Ils nous ont menés au bord du gouffre et bien évidemment ils craignent notre réaction car aujourd'hui c'est nous qui payons les conséquences de la grave crise financière, économique et sociale qui s'abat sur nous tous.

Malheureusement beaucoup ne se rendent pas encore compte de la gravité de la situation car ils sont bien trop absorbés par les difficultés, les crédits et les soucis de la vie quotidienne. Bien trop épuisés pour réagir et faire la différence entre la réalité et l'illusion de la réalité que nous présentent nos médias menteurs. Médias au service du Système et pas des citoyens, devenus simples consommateurs, de moins en moins en situation de pouvoir... consommer.

Les gouvernements français, de droite comme de gauche, sont très doués pour truquer les chiffres du chômage, pour minimiser l'ampleur de la misère. Jamais ils ne nous diront que 17 millions de nos compatriotes sont en état de survie économique !

Nos députés eux n'auront pas de problèmes financiers car si nous ne les ré-élisons pas, ils partiront avec un parachute doré de 417.000 Euros et une rente à vie !!!

Nos médias, propriété des puissants n'ont pas la fonction de contre-pouvoir mais sont devenus en réalité de véritables instruments de manipulation et de désinformation... à leur service.

Si le rêve américain est un cauchemar, nos Droits de l'Homme ne sont plus qu'une illusion car notre pays aussi est à la dérive. Dans le pays des Droits de l'Homme, ceux qui nous gouvernent et ceux qui volent et pillent le peuple, risquent moins qu'un voleur de scooter.

La police est partout mais la justice n'est nulle part.

Les valeurs républicaines de Liberté, d'Egalité et de Fraternité héritées de la Révolution française, ne sont plus qu'un souvenir. Nous vivons aujourd'hui dans un Etat policier déguisé en "démocratie".

Le peuple de France aussi est à bout. Au bord de l'explosion car il est sur-exploité, fiscalement racketté et civilement fliqué et fiché.


Notre Douce France ressemble de plus en plus à un navire en plein naufrage financier, économique et social...

La colère gronde...

 
jeudi 7 janvier 2010
 
Propagande médiatique, politique, idéologique

LES CHIFFRES RIDICULES DU TERRORISME




LES CHIFFRES RIDICULES DU TERRORISME

Aux Etats-unis, autour des tables du réveillon et sur les écrans de télévision, le spectre est de retour: le terroriste basané qui va faire sauter nos avions.


[Gregor Seither - IES News Service - 04/01/2009]


Notre ancien néo-con de service, Dick Cheney, est même revenu à la télévision pour faire peur aux enfants en nous racontant l’histoire du croquemitaine Ben Laden. Selon lui, “Al Qaïda concentre tous ses efforts sur le terrorisme contre les Etats-unis. C’est leur principale motivation, frapper notre pays avec des avions. Ils y consacrent tous leurs moyens.”
Tous leurs moyens ? Alors c’est vraiment des feignants ces Al-Qaïda ! Des branquignols, incompétents notoires, au vu de leurs brillants résultats ces dix dernières années.
Mais comme le brave citoyen est un mouton sans mémoire et que les médias sont ravis de faire monter la mayonnaise, il est bon de se rappeler de quelques chiffres avant de sombrer dans l’hystérie collective et de réclamer plus de scanners dans les aéroports, plus de soldats dans les déserts et encore plus de restrictions de nos libertés :
- Ces dix dernières années, aux Etats-unis, il n’y a eu que six attentats ou tentatives d’attentat terroriste à bord d’un avion : les avions du 11 septembre, la bombe dans la chaussure de Richard Reid en 2001 et enfin la bombe dans le slip sur le vol NWA 253 en décembre dernier.
- Sur la même période, aux Etats-unis toujours, il y a eu 99 320 309 vols commerciaux qui ont atterri ou ont décollé (chiffres TSA). Si on divise par six, cela fait un attentat ou une tentative d’attentat tous les 16 553 385 envols ou atterrissages.
- Mis bout à bout, ces vols ont parcouru environ 69 415 786 000 miles nautiques (111 713 878 704 Km). Il y a donc eu environ un incident terroriste aérien aux Etats-unis tous les 11 569 297 667 miles parcourues. Cela équivaut à environ 1 459 664 fois le tour du monde, 24 218 allers-retours entre la Terre et la Lune ou deux allers-retours vers la planète Neptune.
- Si on estime une vitesse de vol moyenne de 425 miles/h (env. 600 Km/h), nos avions ont donc passé 163 331 261 d’heures en vol. Il y a donc eu environ un incident terroriste aérien aux Etats-unis toutes les 27 221 877 heures de vol. Ou si vous préferrez, un incident terroriste tous les 1 134 245 jours de vol. Ou encore, un incident terroriste toutes les 3 105 années de vol.
Il y avait un total de 674 passagers, sans compter l’équipage ou les terroristes, sur les vols où se sont produits ces incidents. Sur la même période, il y a eu 7 015 630 000 passagers de vols commerciaux aux Etats-unis.
Ces dix dernières années, un passager aérien avait donc une chance sur 10 408 947 d’être sur un vol affecté par un attentat terroriste. Par comparaison, aux Etats-unis, vous avez environ une chance sur 500 000 d’être frappé par la foudre. Je ne vois personne se mobiliser pour faire installer des paratonnerres dans tous les lieux publics.
En 2005, le “Center for Disease Control” aux USA a publié les statistiques suivantes:

  • 1 chance sur 126 de mourir d’une crise cardiaque
  • 1 chance sur 169 de mourir d’un cancer
  • 1 chance sur 400 d’avoir une malade cardiaque
  • 1 chance sur 520 d’attraper un cancer
  • 1 chance sur 1 245 de vous faire assassiner si vous viviez dans une grande ville dans les années 1990
  • 1 chance sur 2 900 de mourir dans un accident
  • 1 chance sur 7 000 de mourir dans un accident de voiture
  • 1 chance sur 9 200 de vous suicider
  • 1 chance sur 12 400 d’attraper la maladie d’Alzheimer
  • 1 chance sur 18 100 de mourir assassiné
  • 1 chance sur 21 004 de mourir du SIDA
  • 1 chance sur 43 000 d’attraper une hernie
  • 1 chance sur 88 000 de mourir dans un attentat terroriste
  • 1 chance sur 1 500 00 d’être victime d’un attentat terroriste contre un centre commercial, partant du principe qu’il y aurait un attentat par semaine et que vous consacrez deux heures par semaine à faire vos courses.
  • 1 chance sur 55 000 000 d’être victime d’une attaque terroriste contre un avion de ligne, partant du principe qu’il y aurait une attaque par mois et que vous prenez l’avion une fois par mois.
En 2002, le Bureau of Labor Statistics avait calculé que le travail le plus dangereux aux Etats-unis était celui de bucheron. Cela veut dire que, aux Etats-unis, un bucheron a 104 fois plus de chances d’être tué sur son lieu de travail que vous n’en avez de mourrir dans un attentat terroriste. De la même manière, toujours aux USA, un ouvrier du batiment risque 25 fois plus de se faire tuer sur un chantier que vous ne risquez d’être victime d’un terroriste.
Combien d’argent l’Etat consacre t-il à la sécurité au travail des ouvriers du batiment et des bucherons ? Même pas 600 000 dollars. Combien d’argent l’Etat consacre t-il à la lutte contre les crises cardiaques ? A peine 1,5 millions de dollars. Combien d’argent l’Etat consacre t-il à la lutte contre le terrorisme ? Plus de 700 milliards de dollars… et ce n’est pas fini.
Clairement, la priorité de ce système n’est PAS de “protéger les citoyens des Etats-unis” comme le prétend Dick Cheney.


http://libertesinternets.wordpress.com http://libertesinternets.wordpress.com
 
"Si vous n’y prenez pas garde, les journaux finiront par vous faire haïr les opprimés et adorer les oppresseurs." Malcom X

Archives
février 2007 / mars 2007 / avril 2007 / mai 2007 / juin 2007 / juillet 2007 / août 2007 / septembre 2007 / octobre 2007 / novembre 2007 / décembre 2007 / janvier 2008 / février 2008 / mars 2008 / avril 2008 / mai 2008 / juin 2008 / septembre 2008 / octobre 2008 / novembre 2008 / décembre 2008 / janvier 2009 / février 2009 / mars 2009 / avril 2009 / mai 2009 / juin 2009 / juillet 2009 / août 2009 / septembre 2009 / octobre 2009 / novembre 2009 / décembre 2009 / janvier 2010 / février 2010 / mars 2010 / avril 2010 / mai 2010 / juin 2010 / juillet 2010 / août 2010 / septembre 2010 / octobre 2010 / novembre 2010 / décembre 2010 / janvier 2011 / février 2011 / mars 2011 / avril 2011 / mai 2011 / juin 2011 / juillet 2011 / août 2011 / septembre 2011 / octobre 2011 / novembre 2011 / décembre 2011 / janvier 2012 / février 2012 / mars 2012 / avril 2012 / mai 2012 / juin 2012 / juillet 2012 / août 2012 / septembre 2012 / octobre 2012 / novembre 2012 / décembre 2012 / janvier 2013 / février 2013 / mars 2013 / avril 2013 / mai 2013 / juin 2013 / juillet 2013 / août 2013 / septembre 2013 / octobre 2013 / novembre 2013 / décembre 2013 / janvier 2014 / février 2014 / mars 2014 / avril 2014 / mai 2014 / juin 2014 / juillet 2014 / août 2014 / septembre 2014 / octobre 2014 / novembre 2014 / décembre 2014 / janvier 2015 / février 2015 / mars 2015 / avril 2015 / mai 2015 / juin 2015 / juillet 2015 / août 2015 / septembre 2015 / octobre 2015 / novembre 2015 / décembre 2015 / janvier 2016 / février 2016 / mars 2016 / avril 2016 / mai 2016 / juin 2016 / juillet 2016 / août 2016 / septembre 2016 / octobre 2016 / novembre 2016 / décembre 2016 / janvier 2017 / février 2017 / mars 2017 / avril 2017 / mai 2017 / juin 2017 / juillet 2017 /


Powered by Blogger

Abonnement
Articles [Atom]